Éric Lord, candidat à la mairie de Trois-Rivières.

Éric Lord promet une gestion responsable des finances publiques

TROIS-RIVIÈRES — Le candidat à la mairie de Trois-Rivières Éric Lord a présenté, mardi matin, ses engagements et ses grandes orientations en matière de gestion des finances publiques, lui qui entend agir de façon responsable s’il est élu à la mairie de Trois-Rivières, dimanche.

Celui qui détient un bagage de trente années d’expérience en gestion, dont à la direction générale de Culture Mauricie depuis 2006, se dit préoccupé par les finances de la Ville et la gestion de la dette. «La Ville de Trois-Rivières est une des villes les plus taxées au Québec. On ne peut pas taxer davantage les citoyens, il faut respecter la capacité de payer en minimisant l’augmentation de leur compte de taxes», croit-il.

Ainsi, le candidat entend poser plusieurs actions pour les finances publiques, à commencer par la révision de la politique de gestion des surplus. Éric Lord souhaite en effet diviser les surplus dégagés annuellement par la Ville de Trois-Rivières en trois parties, soit un tiers allant à la diminution de la dette — l’actuelle politique prône plutôt 25 % — de même qu’un tiers réservé à investir dans la transition écologique et le développement durable. La balance servira à effectuer des investissements ponctuels selon les besoins, indique le candidat.

Par ailleurs, Éric Lord souhaite travailler avec l’Union des municipalités du Québec pour diversifier les sources de revenus des municipalités, un concept qui, à l’heure actuelle, est en très grande majorité basé uniquement sur la taxe foncière et décrié depuis plusieurs années par les municipalités. En campagne électorale, les principaux partis politiques au Québec s’étaient d’ailleurs tous engagés à remettre 1% de la TVQ aux municipalités pour régler une partie du problème, un engagement qui ne s’est toutefois pas encore concrétisé.

Éric Lord souhaite en outre diminuer l’endettement à long terme de la Ville, minimiser l’augmentation du compte de taxes et s’assurer de l’efficience des services municipaux.

«Je suis le seul candidat ayant une expérience concrète de gestion de finances publiques. Comme directeur de Culture Mauricie, un organisme qui regroupe près de 400 membres annuellement chapeauté par un conseil d’administration de 14 personnes, je dois gérer le budget de façon responsable et rendre des comptes aux membres, aux partenaires et aux financeurs publics. Par ailleurs, mes actions de représentation du milieu culturel ont permis d’obtenir du nouveau financement à hauteur de 2,2 millions $ auprès du gouvernement provincial pour le développement des arts et de la culture en région. J’ai également multiplié les ententes avec les Villes et MRC de la région pour soutenir les arts et la culture via des ententes de partenariat. Comme président du Réseau des conseils de la culture du Québec, j’ai porté la voix de 6000 intervenants en culture auprès de tous les ministres de la Culture depuis 2007 pour soutenir la vie culturelle des régions du Québec. Ces représentations ont apporté leur lot de résultats positifs. Pour la Ville de Trois-Rivières, je travaillerai dans le même sens», soutient celui qui entend faire du virage écologique, de la revitalisation des quartiers et de la sécurité et du bien-être des citoyens ses priorités.