Dès la mi-août, les nids devraient être déplacés et un système de grillage sera installé sur le toit du commerce.

Problème de goélands: Rona en mode solutions

Alors que plusieurs dizaines de goélands ont élu domicile à l'entrepôt Rona de Trois-Rivières depuis le mois de juin, causant du même coup bien des désagréments matériels au bâtiment, la direction de l'entreprise ne souhaite pas en rester là. En effet, dès qu'elle aura en main le permis du Service canadien de la faune, les nids seront déplacés et un système de grillage sera installé sur la toiture pour les empêcher de revenir s'y installer.
Si tout se déroule comme prévu, cette vaste opération devrait avoir lieu à la mi-août. «On souhaite remédier à cette situation le plus rapidement possible, mais on doit tout de même attendre le permis pour être conforme. On a d'ailleurs consulté des experts qui nous ont proposé ces solutions qui se sont avérées être les meilleures pour notre situation», explique le vice-président aux communications et affaires publiques de Lowe's Canada, Jean-Sébastien Lamoureux. 
Loin d'être sur le bord de la mer, le son y est pourtant à s'y méprendre lorsque l'on se trouve à proximité de l'Entrepôt Rona de Trois-Rivières. La colonie d'une cinquantaine de goélands ayant élu domicile sur le toit ne passe donc pas inaperçue, en plus des nombreux désagréments de nature esthétique que les oiseaux causent au bâtiment.
En effet, difficile de ne pas remarquer les nombreuses plumes et les nombreuses traces d'excréments un peu partout dans le stationnement, en plus de l'enseigne du commerce qui en est recouverte. 
Bien que les commerces avoisinants ne semblent pas indisposés par ce même phénomène, la présence de cette colonie au magasin l'Entrepôt Rona pourrait s'expliquer par la présence du dépôt à neige municipal de Trois-Rivières situé tout près du commerce.
La Ville, qui était elle aussi aux prises avec ce même phénomène dans son dépôt à neige, avait pris la décision de chasser la colonie de goélands par le biais de détonations et par la mise en place d'épouvantails. Tout porte à croire que ces oiseaux indésirables auraient par la suite migré vers le terrain voisin, soit celui de l'Entrepôt Rona, situé sur le boulevard des Récollets.