Le professeur Gilbert Cabana est un des spécialistes du fleuve à l'UQTR et coordonnateur de cette étude.

L'UQTR toujours prête à analyser les impacts du déversement

L'Université du Québec à Trois-Rivières est toujours prête à analyser certains des impacts du déversement de 8 milliards de litres d'eaux usées de Montréal qui s'amorcera mercredi, à minuit une minute.
Les étudiants du professeur Gilbert Cabana du Centre de recherche sur les interactions bassins versants - écosystèmes aquatiques (RIVE) de l'UQTR seront mis à contribution.
Le travail des chercheurs visera notamment à mesurer les taux de coliformes dans l'eau et des matières en suspension. Ces deux variables pourraient refléter l'apport supplémentaire de déchets au fleuve qui sera apporté au cours de cette opération.
L'inefficacité du système de filtration des eaux usées de Montréal fait en sorte que ce déversement ne fait que s'ajouter à ceux qui affectent quotidiennement le fleuve, estiment les scientifiques.
Les échantillons seront pris en amont des îles de Sorel-Berthier, juste à l'entrée du lac Saint-Pierre, un filtre naturel désigné comme Réserve mondiale de la Biosphère.