Une trentaine de bénévoles ont participé à la corvée de nettoyage d'une partie des berges du Saint-Maurice samedi.

Grand nettoyage sur une berge du Saint-Maurice

Le dévouement de 45 Trifluviens a permis de nettoyer une portion des berges de la rivière Saint-Maurice samedi matin. Cette corvée était organisée dans le cadre du Grand nettoyage des rivages canadiens, une initiative du Fonds mondial pour la nature (WWF) et de l'Aquarium de Vancouver. Tenue pour la première fois à Trois-Rivières, cette activité devrait être de retour l'an prochain, promettent les organisateurs, car il y a d'autres rivages qui méritent qu'on s'y attarde.
Les bénévoles avaient le sourire aux lèvres malgré la pluie de samedi matin. Leur objectif était de nettoyer les berges de la rivière Saint-Maurice situées près de Maïkan Aventure et dans le parc Vivian-Dober. 
En quelques heures, les bénévoles de la corvée ont parcouru les quelques centaines de mètres du rivage et ils y ont trouvé de nombreux déchets. 
Bouteilles de plastique, canettes, sacs de plastique, matériaux de construction, fils de fer ou encore une plaque d'immatriculation, les participants ont trouvé toutes sortes de déchets. Ils ont ramassé près de 400 kilos de déchets et de matières recyclables.  
«Nous avons ramassé toutes sortes de choses. Ça passe du petit bouchon de bouteille de plastique à la bouteille même. Nous avons aussi trouvé beaucoup de papier et du plastique, comme des récipients de détergent. Nous avons trouvé une tonne de choses», lance Valérie Renaud Martin, la coordonnatrice du Grand nettoyage des rivages canadiens à Trois-Rivières.  
La présence de tant de déchets dans un si petit secteur de Trois-Rivières avait de quoi surprendre et inquiéter les organisateurs et les participants. 
«Nous avions fait une reconnaissance du terrain avant l'événement. Et nous n'avions pas trouvé autant de choses. Il y avait beaucoup de déchets à ramasser. Et de voir autant de sacs remplis, c'est ''impressionnant'' qu'en 2017 il y ait autant de déchets sur les rives», déplore la coordonnatrice de l'événement. 
La journée de corvée n'était pas terminée que déjà les organisateurs assurent qu'il y aura certainement une deuxième édition. Comme son nom le laisse penser, Trois-Rivières a plusieurs rivages. Bordée par la rivière Saint-Maurice puis le fleuve Saint-Laurent et le lac Saint-Pierre, la ville Trois-Rivières a de très nombreuses berges. 
«Nous voulons que ça devienne une activité récurrente et que les gens se mobilisent chaque année», souligne Valérie Renaud Martin, également candidate aux prochaines élections municipales au poste de conseillère du district des Carrefours.
«Par exemple, l'an dernier à Toronto, 10 000 citoyens ont participé à la corvée. Onze sites ont été nettoyés en simultané par les citoyens. Dans les prochaines années, ça pourrait devenir un happening environnemental à Trois-Rivières où on pourrait cibler plusieurs rivages.»  
Quelques conseillers municipaux de Trois-Rivières ont participé à cette corvée. Il y avait notamment Jean-François Aubin, porte-parole de l'événement et candidat à la mairie de Trois-Rivières, ainsi que ses collègues à la table du conseil municipal Marie-Claude Camirand et Sabrina Roy. 
Les élus sont toujours émerveillés lorsqu'ils sont témoins d'une telle implication citoyenne. «Pour moi c'est majeur. La Ville fonctionne souvent d'une façon qui est déconnectée des citoyens. Mais je crois en une ville où les citoyens sont partie prenante et qu'ils sont impliqués», affirme Jean-François Aubin. «Et je crois en l'implication des élus aussi qui doivent être sur le terrain. Un élu municipal, ce n'est pas un boss qui décide d'en haut. C'est quelqu'un qui va sur le terrain avec les gens [...] et qui va mobiliser les gens pour qu'ils se sentent responsables de leur ville.»
D'ailleurs, la responsabilité citoyenne envers l'environnement est chère à Jean-François Aubin. «Pourquoi on ramasse tant de déchets? C'est que des gens ne se sentent pas responsables de leur ville. Sinon, ils ne les jetteraient pas n'importe où.»