Le gouvernement Couillard et l'administration Coderre ont subi un barrage de critiques au Québec et au Canada pour avoir autorisé le versement de 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

Eaux usées: offensive diplomatique

La ministre des Relations internationales Christine Saint-Pierre a affirmé mercredi que le réseau diplomatique québécois a été mandaté pour contrer les perceptions négatives aux États-Unis, dont celles de l'Agence fédérale de protection environnementale des États-Unis (EPA).
La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, sera en Côte d'Ivoire cette semaine
Mme Saint-Pierre a expliqué que le délégué général du Québec à New York, Jean-Claude Lauzon, a été mobilisé pour atténuer les inquiétudes envers le déversement de Montréal. «On a demandé à notre délégué à New York de faire une communication sur cette question-là, a-t-elle dit. Il le faut parce qu'il y a eu des commentaires qui ont été faits alors il a fallu qu'on se mette en mode communication.»
Le cabinet de Mme Saint-Pierre a précisé que M. Lauzon a rencontré la semaine dernière l'équipe du sénateur démocrate Chuck Schumer, qui représente New York au Sénat des États-Unis, ainsi qu'Elise Stefanik, la représentante républicaine de l'État au Congrès.
Mardi, le délégué a rencontré le commissaire à l'Environnement de l'État de New York, Basil Seggos, le commissaire-adjoint de l'Office of Water Ressources, Jim Tierney, ainsi que la sénatrice Patty Ritchie, membre du Sénat de l'État de New York.