François Labelle, directeur de l'Institut de recherche sur les PME de l'Université du Québec à Trois-Rivières, et Martin Magny, président de la Fondation Trois-Rivières pour un développement durable, ont confirmé mardi matin une entente de partenariat.

Développement durable à Trois-Rivières: l'UQTR embarque

La Fondation Trois-Rivières pour un développement durable compte sur un nouveau partenaire dans sa mission d'augmenter le nombre d'organismes et d'entreprises ayant la certification en développement durable. L'Université du Québec à Trois-Rivières accompagnera les PME trifluviennes dans leur cheminement conduisant à l'obtention de cette certification.
Les étudiants de premier cycle universitaire inscrits au cours «Responsabilité sociale et gestion des parties prenantes des entreprises» seront appelés à poser des diagnostics de développement durable auprès des PME qui voudront prendre part à cette démarche. Environ huit équipes de trois à quatre étudiants pourront réaliser sans frais ce diagnostic auprès des PME qui désirent atteindre un équilibre entre le développement économique, le développement social et la protection de l'environnement.
Selon Martin Magny, le partenariat conclu avec l'UQTR représente un grand coup pour
la fondation qui travaille également avec la Ville de Trois-Rivières.
«Avoir une équipe d'étudiants sur le terrain pour aider les entreprises, on ne peut pas demander mieux. En tant que président de la fondation, mais aussi en tant que père de famille, je suis fier que ce partenariat permette à mes enfants, à vos enfants et à tous ceux qui vont suivre d'offrir un environnement favorable au développement durable de notre ville.»
François Labelle, directeur de l'Institut de recherche sur les PME à l'UQTR, croit que cette entente avec la fondation profitera non seulement aux entreprises, mais aussi aux étudiants.
«De plus en plus, les universités intègrent des cours de développement durable auprès de leurs étudiants. C'est un incontournable de parler de ça aux gestionnaires de demain», raconte M. Labelle, en rappelant que 99 % des entreprises québécoises sont des PME et que la pollution est créée à 60 % par les PME.
L'annonce de ce partenariat a été faite mardi matin dans les locaux de l'entreprise Véhicules électriques Simon André. De par la nature des produits vendus, l'entreprise trifluvienne fait déjà son effort dans la réduction des gaz à effet de serre. Mais la compagnie arbore fièrement la certification de la fondation
en raison de ses pratiques internes concernant entre autres l'éclairage LED et la politique de recyclage.
«Nous avons 13 employés et la majorité possède un véhicule électrique, car on leur offre de meilleurs prix sur les véhicules. On offre des bornes électriques pour que les employés rechargent leur véhicule en étant au travail. L'électricité est une énergie propre, durable, pas cher. Et c'est chez nous, au Québec», énumère Alissa André, directrice commerciale de l'entreprise.
Près de 80 entreprises, institutions, groupes scolaires, promoteurs immobiliers, constructeurs et rénovateurs d'immeubles possèdent leur certification en développement durable. Avec ce partenariat, la fondation souhaite augmenter le nombre, sans avoir d'objectif précis.