L'entreprise Conseillers forestiers Roy a publié un communiqué de presse, jeudi après-midi, dans lequel elle exprime des regrets à la suite des propos tenus par son président, Antoine Roy. Pour le maire de Shawinigan, Michel Angers (notre photo), cette déclaration met un terme à la controverse.

Conseillers forestiers Roy exprime des regrets

L'entreprise Conseillers forestiers Roy a publié un communiqué de presse, jeudi après-midi, dans lequel elle exprime des regrets à la suite des propos tenus par son président, Antoine Roy, dans nos pages le 18 février.
Lors d'une entrevue, il avait vivement déploré que sa firme n'ait même pas réussi à obtenir un pointage de qualification intérimaire de 70 % dans le cadre de l'appel d'offres pour le contrôle des insectes piqueurs à Shawinigan.
Il soupçonnait alors une «commande politique», il opinait que «ça commence à ressembler drôlement à de la collusion» et avait qualifié l'appel d'offres de «dirigé». Le conseil municipal a attribué ce contrat à GDG Environnement le 14 février.
Lundi en fin de journée, la Ville de Shawinigan avait avisé qu'elle ferait parvenir une mise en demeure à Conseillers forestiers Roy pour obtenir «une rétractation et des excuses».
Dans un communiqué publié jeudi, l'entreprise de Saguenay explique que les commentaires du président «auraient dû être repris dans un contexte beaucoup plus large que celui de l'appel d'offres lancé par la Ville de Shawinigan».
«M. Roy voulait plus particulièrement soulever les problèmes rencontrés par les soumissionnaires lorsque les municipalités utilisent une grille d'évaluation, notamment quant au fait qu'il s'agit d'une évaluation subjective et que les soumissionnaires ne connaissent pas les motifs du rejet de leur soumission.»
Le communiqué précise que le président n'a jamais voulu mettre en doute l'intégrité et l'honnêteté de la Ville de Shawinigan.
«M. Antoine Roy regrette sincèrement que les propos qu'il a tenus aient pu offenser la Ville de Shawinigan et ses représentants et assure qu'il n'était aucunement de son intention d'émettre quelques doutes qui soient quant à l'intégrité du processus d'appel d'offres mis en place par la Ville de Shawinigan, pas plus qu'il n'a voulu porter atteinte à la réputation de celle-ci et de ses représentants.»
Pour le maire de Shawinigan, cette déclaration met un terme à la controverse.
«C'est assez conforme avec ce que je souhaitais obtenir comme regrets sincères», commente Michel Angers. «Jamais je ne vais accepter qu'on touche à notre intégrité ni à notre honnêteté.»