Éric Lord a parlé d’environnement, jeudi, à l’extérieur du club de golf Métabéroutin.

Environnement: Éric Lord propose six nouvelles mesures

Trois-Rivières — Éviter l’étalement urbain, augmenter la superficie des milieux naturels et mettre sur pied un mécanisme de compensation du carbone, voilà quelques exemples de projets soumis par Éric Lord pour améliorer la performance environnementale de Trois-Rivières.

Ce candidat à la mairie trifluvienne n’en est pas à sa première sortie publique concernant ses engagements en la matière. Après avoir parlé entre autres d’électrification du matériel roulant de la Ville, M. Lord est revenu à la charge, jeudi, avec une liste de six mesures pour donner un coup de pouce à l’environnement.

«À Trois-Rivières, on a fait de grands investissements au niveau des infrastructures, mais on a moins focusé au niveau de l’environnement. C’est un enjeu extrêmement important pour les citoyens de toutes les générations. Il y a une réelle demande. Il faut poser des gestes concrets.»

M. Lord affirme que 54 espaces ont été répertoriés sur le territoire trifluvien pour du développement résidentiel. Selon lui, ce nombre est nettement suffisant pour les 10 prochaines années.

«J’aimerais qu’on évite l’étalement urbain pour préserver nos espaces verts. On a accordé un développement de 450 maisons (au club de golf les Vieilles Forges) à l’extérieur du périmètre. C’est un projet qui va contre le plan d’urbanisme.»

Le candidat souhaite faire passer de 12 % à 17 % le territoire des zones protégées. Des milieux humides existent près de l’aéroport, donne comme exemple M. Lord.

Ce dernier veut jouer un rôle actif dans l’implantation du bac brun. Tout en appuyant les initiatives d’économie circulaire et l’implantation d’un mécanisme de compensation pour le carbone, M. Lord veut que la Ville de Trois-Rivières se donne les moyens financiers pour réaliser différents projets à saveur environnementale.

«J’aimerais que, dans la politique de gestion des surplus, on attribue 33 % des éventuels surplus à des mesures environnementales.»

M. Lord désire également «verdir» le Grand Prix de Trois-Rivières pour que l’événement devienne carboneutre avec des mesures de compensation. L’élimination des bouteilles d’eau et un programme de reboisement sont des exemples de mesures qui peuvent être mises en place.

«Trois-Rivières, selon l’Organisation mondiale de la santé, est la ville la plus polluée (au niveau atmosphérique) au Québec. Il faut prendre acte de ce message-là. C’est un problème majeur et il faut prendre des mesures concrètes pour le régler.»