L’avenue Saint-Louis fait partie des artères de Shawinigan dont les trottoirs ne sont pas déneigés.
L’avenue Saint-Louis fait partie des artères de Shawinigan dont les trottoirs ne sont pas déneigés.

Environ 50 % des trottoirs ne sont pas déneigés à Shawinigan et Trois-Rivières

Marie-Eve Lafontaine
Marie-Eve Lafontaine
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — L’expulsion d’un homme de la séance du conseil municipal de Shawinigan, mardi soir, a braqué les projecteurs sur le déneigement des trottoirs.

Mais il y a des limites aux ressources que les Villes peuvent accorder au déneigement, plaident-elles, et c’est parfois l’entretien des trottoirs qui écope. En effet, tant à Shawinigan qu’à Trois-Rivières, environ 50 % des trottoirs ne sont tout simplement pas déneigés, et ce, depuis plusieurs années.

«C’est la moitié environ des trottoirs qui sont déneigés. Ç’a toujours été comme ça, comme la plupart des villes d’ailleurs», note François St-Onge, directeur du Service des communications et des relations avec les citoyens à la Ville de Shawinigan.

Pour déterminer si un trottoir sera déneigé ou non, plusieurs critères sont pris en compte comme l’achalandage, le type de rue, la présence de commerces ou d’une école, etc. Toutes les opérations de déneigement font l’objet d’une révision annuelle à la fin de l’hiver.

M. St-Onge rappelle que le budget de déneigement de Shawinigan pour 2020 se chiffre à environ 9,6 millions $, une augmentation de 1,6 million $ comparativement à l’an dernier. «C’est en hausse constamment. C’est 10 % du budget», note M. St-Onge. La quantité de neige tombée ainsi que les coûts d’opération expliquent en grande partie cette hausse.

Plusieurs citoyens s’attendent aussi à un service impeccable. Leurs exigences sont prises en compte, assure M. St-Onge. «Chaque année, on consigne les remarques des gens, les requêtes qu’ils nous font. On essaie quand c’est possible de répondre à leurs demandes, mais c’est clair que rendu à 9,6 millions $, on a pas mal atteint le plafond qu’on est capable de faire.»

À Trois-Rivières, le budget total de déneigement pour 2020 s’élève à 13,4 millions $, soit une hausse de 1,2 million $ par rapport à l’an dernier. Un peu plus de 50 % des trottoirs sont déneigés, soit 264 kilomètres.

Le déneigement des trottoirs à Trois-Rivières a souvent fait les manchettes. En 2007, c’est 219 kilomètres de trottoirs qui étaient déblayés. La situation s’est donc améliorée au cours des années. «Ça augmente toujours un peu d’une année à l’autre en fonction des demandes des citoyens, des nouveaux quartiers. La Ville fait des tests d’affluence à la suite des demandes des citoyens. Un des principaux critères, c’est 30 piétons aux trois heures», explique Guillaume Cholette-Janson, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

+

Problématique pour les personnes handicapées

Si des citoyens peuvent pâtir du mauvais entretien des trottoirs, ce sont bien les personnes handicapées. «Les artères qui ne sont pas déneigées, c’est vraiment problématique pour les personnes en fauteuil roulant. C’est extrêmement problématique. Elles sont alors obligées d’aller carrément sur la rue ou sur le boulevard, c’est très dangereux», souligne Josée Houle, directrice générale d’Handicaps Soleil, qui est basé à Shawinigan. «C’est sûr que quand il y a des tempêtes, la plupart des gens en situation d’handicap sortent très peu. Sinon, les gens vont aller à des endroits où les trottoirs sont mieux déneigés que d’autres. On y va avec le bon sens», fait valoir François Dubois, président de Bail-Mauricie.

Évidemment, il aimerait que tous les trottoirs soient déneigés, mais «il faut y aller aussi avec la réalité», note-t-il.

La situation est meilleure que l’an dernier, estime Mme Houle. Il faut dire qu’il a moins neigé jusqu’à maintenant. «Pour cette année, on n’a pas eu de plainte», précise-t-elle.

Même chose chez Bail-Mauricie, qui est situé à Trois-Rivières. L’organisme assure d’ailleurs avoir une bonne écoute de la Ville à ce sujet.

+

Critères permettant le déneigement d’un trottoir à Trois-Rivières

Le trottoir doit avoir un débit piétonnier de 30 piétons et plus par 3 h représentatives aux endroits suivants : 

Lorsque l’on est dans un rayon de 300 m d’une école;

Lorsqu’il y a présence de commerces, foyers, institutions et parcs avec activités hivernales générant le stationnement sur rue;

Lorsqu’il y a configuration particulière d’une rue (pente ou courbe) et la présence de 2 000 véhicules par jour;

Lorsque l’on est sur une rue avec parcomètres;

Lorsque l’on est sur une rue à sens unique;

Lorsque l’arrêt d’autobus (abribus) et l’intersection sont situés du même côté de la rue;

Lorsque le trottoir d’une artère principale traverse deux secteurs et relie une autre artère principale;

Lorsqu’il y a une forte densité de population sur une voie étroite de circulation (5,5 m de largeur) ainsi qu’une présence de stationnements sur rue.

Source: Ville de Trois-Rivières (v3r.net)