Vincent Godin a eu le privilège de rencontrer la première ministre Pauline Marois, mercredi, afin de la sensibiliser à la cause des personnes atteintes de dysphasie.

Entretien émouvant d'un jeune dysphasique avec la première ministre

Souhaitant sensibiliser la population et le gouvernement au phénomène de la dysphasie, le jeune Vincent Godin a eu l'occasion d'exposer sa vision à la première ministre Pauline Marois, mercredi, en fin d'après-midi, au cours d'un entretien qui a duré près d'une trentaine de minutes à Shawinigan.
Pendant cette rencontre, le jeune Trifluvien de 18 ans a notamment eu l'occasion de soumettre un projet à la première ministre, qui permettrait ainsi de créer 10 emplois pour les personnes atteintes par la dysphasie.
«Je voulais la sensibiliser à la cause. C'était une belle rencontre et j'en suis très fier. J'ai réussi à passer mon message», a glissé le jeune homme à sa sortie de l'entretien, bien ému par sa rencontre avec Pauline Marois.
De son côté, la première ministre s'est dite impressionnée par le parcours du jeune homme qui s'apprête à compléter ses études secondaires. «Je trouve ça absolument formidable que tu sois capable de te réaliser. Je suis persuadée que tu peux aller très loin dans la vie», lui a-t-elle confié.
L'été dernier, Vincent Godin s'était fait connaître lorsqu'il a parcouru la distance entre Montréal et Trois-Rivières à la nage pour faire connaître la dysphasie, un trouble du langage dont il est lui-même atteint. Son exploit lui avait même valu un coup de fil de félicitations de la première ministre.
Jeudi, lors de l'entretien, Vincent a même glissé à la première ministre qu'il aimerait un jour s'impliquer en politique. «Tu pourrais militer au Parti québécois!», lui a aussitôt répliqué Mme Marois.
Maintenant le projet présenté à la première ministre, Vincent Godin compte profiter de l'appui de la députée de Champlain, Noëlla Champagne, pour faire cheminer son idée.
«C'est de bon augure», a mentionné avec enthousiasme le jeune Trifluvien qui était accompagné pour l'occasion de la directrice de l'Association québécoise de la dysphasie de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Suzanne Maltais.