On reconnaît sur la photo l’équipe des Durs à cuir composée d’Éloïse Béland, Jasmin Defoy et Alexis Bourassa.
On reconnaît sur la photo l’équipe des Durs à cuir composée d’Éloïse Béland, Jasmin Defoy et Alexis Bourassa.

Entreprendre à l’école Paul-Le Jeune

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
SAINT-TITE — La tradition entrepreneuriale de l’école secondaire Paul-Le Jeune de Saint-Tite se poursuit. Les apprentis entrepreneurs de cette école ont lancé lundi une dizaine d’entreprises-étudiantes.

«Ce sont des projets qui sont préparés depuis le mois de septembre. Nous pouvons enfin les dévoiler au grand public», lance Denis Bourassa, enseignant en mathématique à l’école secondaire Paul-Le Jeune.

«La réponse des jeunes est incroyable. Année après année, nous avons beaucoup d’inscriptions. Il faut même faire une sélection des projets qui vont évoluer dans le temps.»

Des élèves du premier cycle sont derrière cette année la cantine mobile La Baraque, le fabricant de maïs éclaté Paul-Corn, l’onguent et la boisson Aloès que ça va?, le service de réparation de matériel de pêche Les Mordus ou encore le concepteur de semelles et de bas de Noël en feutrine À pas feutrés.

Les élèves du deuxième cycle ont de leur côté créé S.O.S. Chauve-Souris qui se consacre à la fabrication de nichoirs pour mammifères volants ainsi que Le western dans l’objectif, un service de photographie durant le Festival western de Saint-Tite. De plus, les gagnants nationaux du concours OSEntreprendre 2019, les Durs à cuir, poursuivent leur parcours cette année en scindant en deux l’entreprise afin de fabriquer des porte-clés en cuir en partenariat avec la boutique du Festival western ainsi que des bracelets fait à partir de cuir recyclé. Les Durs à cuir ont même un partenariat avec l’entreprise Boulet pour assurer leur approvisionnement.

L’entreprise Vélo-Smooth revient cette année. Ce vélo stationnaire conçu par trois étudiantes permet d’actionner un mélangeur pour préparer un smoothie. De plus, les Savons du 405 est une entreprise qui vise la fabrication du savon à froid. En terminant, deux élèves offrent des ateliers pour découvrir le pickleball grâce à leur entreprise Le Pickelball PLJ.

«Nous sommes très fiers de vous présenter les divers projets entrepreneuriaux des élèves de Paul-Le Jeune. Lors du dernier gala local OSEntreprendre, notre école a été sacrée école entrepreneuriale de l’année et ce n’est pas pour rien», affirme la directrice de l’école, Isabelle Soumis.