Dans la nuit du 14 au 15 mars, des centaines d'automobilistes se sont retrouvés coincés pendant des heures, sans être secourus, par grand froid, sur l'autoroute 13 Sud, en plein coeur de l'île de Montréal.

Enquête sur l'autoroute 13: manque d'indépendance et coût trop élevé, dit le PQ

L'enquête confiée à l'expert Florent Gagné pour faire la lumière sur le cafouillage de l'autoroute 13 Sud a deux défauts: elle coûte trop cher et son indépendance est loin d'être acquise, selon l'opposition péquiste.
Le porte-parole péquiste, le député de Sanguinet, Alain Therrien, met en doute la capacité de l'expert recruté par Québec de mener à bien sa tâche. Il déplore essentiellement deux choses: le coût élevé du contrat qu'on lui a offert et le peu de latitude laissée à l'expert pour blâmer éventuellement les responsables politiques de leur mauvaise gestion de la crise, a-t-il résumé en entrevue téléphonique.
M. Therrien n'a pas apprécié entendre la semaine dernière le premier ministre Philippe Couillard exonérer de tout blâme les deux ministres impliqués, Laurent Lessard, ministre des Transports, et Martin Coiteux, ministre de la Sécurité publique, et ce, avant de connaître les conclusions de l'enquête. Il les a «lavés de tout soupçon», selon le député, qui se demande comment M. Gagné pourrait se sentir libre de les blâmer, dans ce contexte.
La Presse canadienne rapportait dimanche que les contribuables québécois vont devoir payer la note du cafouillage gouvernemental ayant suivi la tempête de neige survenue le 14 mars dernier, alors que Québec a donné un contrat de 106 000 $ à M. Gagné. C'est «beaucoup d'argent», a dit M. Therrien.
«On a le pire des deux mondes», selon lui. L'enquête «coûte plus cher (qu'une enquête interne) et c'est pas indépendant», a-t-il déploré.
Alors que l'expert externe devrait «être indépendant dans sa démarche de toute influence politique», a-t-il fait valoir.
Le rapport de M. Gagné doit être remis au gouvernement au plus tard le 25 mai.