Le Nouvelliste

Enquête publique sur le décès de Lyndia Hamel à la Maison Carignan: «Je n’aurais jamais pris ça à la légère»

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — «Je n’aurais jamais anticipé un événement comme celui-là. Je n’aurais jamais pris ça à la légère». C’est en ces mots que la directrice clinique de la Maison Carignan, Audrey Alarie, a expliqué mercredi qu’elle n’avait pas eu toutes les informations en main lorsqu’est venu le temps de prendre une décision éclairée, le 26 décembre 2016 en soirée, à savoir s’il fallait expulser ou non la jeune Lyndia Hamel, qui venait de consommer des stupéfiants à l’intérieur de la maison de thérapie. Ce témoignage clé a notamment marqué cette deuxième journée de l’enquête publique du coroner sur la mort par surdose de la jeune femme, enquête qui se déroule jusqu’à vendredi au palais de justice de Trois-Rivières.