Le Défi Mauricie est la plus grosse compétition de courses de chiens de traîneaux au Québec.

Énergie et saveur au menu

Saint-Luc-de-Vincennes — Les bénévoles de Défi Mauricie ont déjà commencé à préparer les pistes, à Saint-Luc-de-Vincennes, pour recevoir les athlètes à quatre pattes qui se disputeront les différentes courses au programme, les 3 et 4 février.

À Nicolet, la Classique Sogetel, elle, aura lieu les 24 et 25 février. Étant donné les conditions climatiques en dents de scie qui prévalent depuis le début de l’hiver, l’organisation nicolétaine a décidé de modifier, cette année, le parcours qu’elle avait adopté depuis sa création, en 2015. Le départ se fera encore du Club La Batture et la compétition, sur la rivière Nicolet, mais on va créer une boucle de 20 km au lieu d’un sentier rectiligne, indique Jérôme Gagnon, un des organisateurs.

Évidemment, les deux événements sont tributaires des aléas de Mère Nature. L’organisateur principal de Défi Mauricie et maire de Saint-Luc-de-Vincennes, Jean-Claude Milot, indique qu’un changement de date n’est pas exclu. L’an dernier, l’événement s’était tenu sous des conditions épouvantables, dont de la pluie et des pistes glacées. En 2016, la Classique Sogetel avait dû être complètement annulée, faute de neige.

«Il faut nous souhaiter de la neige et du froid», explique M. Gagnon.

Malgré tout, l’an dernier, près d’une cinquantaine de participants s’étaient pointés à Saint-Luc. Si les conditions sont favorables cette année, au début de février, Jean-Claude Milot s’attend à recevoir entre 80 et 85 équipes et quelque 1000 visiteurs. C’est que plusieurs autres compétitions de ce genre, au Québec, ont été annulées pour des questions de météo peu favorable, dit-il. «Il a fait mauvais presque tous les week-ends», explique-t-il.

«C’est pour ça que la date de l’événement peut changer. C’est en mars qu’il y a de la neige maintenant. On dirait que l’hiver est décalé dans le temps», constate l’organisateur.

La 13e édition de l’événement de Saint-Luc-de-Vincennes, qui est assortie de 10 000 $ en bourses, compte deux classes, soit celle de six chiens, avec son parcours de six milles (9,6 km) et la classe illimitée, comptant jusqu’à 22 chiens et un parcours de 15 milles (24 kilomètres).

Défi Mauricie, qui est la plus grosse course de chiens de traîneaux au Québec, attire des curieux jusqu’à Saint-Narcisse où passe l’un des tronçons.

À Nicolet, on s’attend à avoir au moins 75 équipes, cette année. Comme le fait valoir un des organisateurs de la Classique Sogetel, Jérôme Gagnon, plusieurs courses ont en effet été annulées ailleurs au Québec, jusqu’à maintenant, à cause des mauvaises conditions. «Or, les gens veulent courir», fait-il valoir et ils vont probablement se rabattre sur Saint-Luc-de-Vincennes et sur Nicolet.

La Classique Sogetel compte deux classes, celle de six chiens et la classe illimitée ou chaque attelage compte en moyenne une douzaine de chiens.

Si les conditions sont favorables, l’organisation nicolétaine s’attend à recevoir quelque 2500 visiteurs et rien de moins que 700 à 800 chiens, indique M. Gagnon.

Les compétitions se dérouleront sur deux jours. Le samedi 24 février, un autre défi aura lieu parallèlement aux courses, à Nicolet. Il s’agit du Challenge Igloo BBQ dont le thème, cette année, sera la côte levée.

De 7 h à 16 h, une dizaine d’équipes se feront concurrence avec leurs techniques de cuisson, leurs sauces, leurs fumoirs, leurs brûleurs et leurs BBQ, dans l’espoir de remporter le premier prix. Une quinzaine de personnes, parmi le public, seront choisies au moment des inscriptions pour former le jury. Les athlètes du BBQ sont apparemment aussi déterminés que les athlètes aux oreilles pointues qui tirent les traîneaux. Les deux compétitions devraient donc donner lieu à des explosions d’énergie et de saveur.