L’entreprise Balcons Mauriciens de Shawinigan devra relocaliser une partie de sa production en raison d’un effondrement.

Encore des effondrements dans la région

Shawinigan — Une autre entreprise, cette fois à Shawinigan, voit ses opérations affectées en raison d’un effondrement de toiture. La toiture d’une partie des bâtiments de l’entreprise Balcons Mauriciens s’est effondrée sous le poids de la neige dans la nuit de mardi à mercredi. Un incident qui forcera l’entreprise à rapidement relocaliser une partie de ses opérations pour pouvoir répondre aux commandes du printemps.

Le propriétaire de l’entreprise, Mario Pagé, a tout de même poussé un soupir de soulagement en apprenant que personne n’avait été blessé dans cet incident. «La bâtisse est divisée en trois sections. Il y a nos bureaux, il y a la partie haute où l’on fabrique les rampes, puis la partie basse où l’on fait la fibre de verre et les balcons. C’est cette partie basse qui s’est effondrée. Nos opérations dans cette partie étaient arrêtées pour la saison hivernale, mais nous étions en train de nous préparer pour recommencer la saison. Heureusement, personne n’était là quand ça s’est produit», indique-t-il.

M. Pagé s’étonne d’ailleurs de cet effondrement, étant donné que les dirigeants avaient été aux aguets tout l’hiver et que le toit en tôle de cette partie du bâtiment ne semblait pas présenter d’accumulation importante. «Généralement, ces toits-là, ça se vide tout seul. On vérifiait régulièrement et il n’y avait pas d’importante accumulation. On va pouvoir vérifier tout ça notamment avec les assurances», indique le propriétaire.

Les pertes sont estimées à plus ou moins 400 000 $, étant donné que de nombreux matériaux, de même que des camions, se trouvaient à l’intérieur de cette partie. Le tout était heureusement assuré. «Comme il a commencé à neiger très tôt en novembre, il y a des commandes que nous n’avions pas eu le temps de compléter et qui attendaient le printemps. Tout ça était à l’intérieur. On va aussi devoir remplacer la machinerie et les outils qui étaient là-dedans. C’est un casse-tête, mais nous avons quand même de bonnes assurances», note-t-il.

Mario Pagé explique être déjà à la recherche d’un autre bâtiment où il pourra relocaliser la production pour respecter le carnet de commandes pour le printemps. «On sera opérationnel. On fait tout pour que ça n’affecte pas nos activités trop longtemps et pour s’assurer de respecter les commandes», mentionne-t-il.

effondrements à Saint-Maurice

Par ailleurs, deux autres effondrements sont survenus dans deux fermes de Saint-Maurice, jeudi. Un peu avant l’heure du dîner, les pompiers de la municipalité ont été appelés sur une ferme du rang Saint-Jean pour l’effondrement d’un bâtiment agricole à l’intérieur duquel se trouvaient une quarantaine de vaches laitières.

«On a rapidement eu la confirmation qu’aucun employé ne se trouvait à l’intérieur. On a pu procéder à l’évacuation des vaches. Dans certains cas, des animaux ont subi des blessures mineures et ont été évalués par un vétérinaire. Les vaches ont pu être relocalisées dans un autre bâtiment de la même ferme», explique le directeur par intérim des incendies de Saint-Maurice, Jean-Baptiste Guilbert.

Ce dernier n’était pas en mesure de confirmer hors de tout doute que l’effondrement avait été causé par le poids de la neige, mais reconnaissait que ça faisait partie des probabilités. «Il y a un ingénieur sur place qui est en train d’évaluer le tout, ce qui va nous permettre de comprendre exactement ce qui s’est passé», ajoute M. Guilbert.

Un peu plus tôt, un événement similaire est survenu dans une autre ferme du rang Saint-Jean, cette fois nécessitant l’évacuation de 70 vaches laitières. Les bêtes ont été temporairement relocalisées dans un bâtiment d’une ferme voisine. Heureusement, là non plus, aucun employé n’a été blessé.