Le conseil municipal de Saint-Barnabé vit des moments difficiles.

Encore de la bisbille au conseil de Saint-Barnabé

Saint-Barnabé — La tension est vive au conseil de Saint-Barnabé. Alors que la Municipalité fait les manchettes concernant l’octroi d’un contrat de déneigement et que son conseil a refusé d’adopter le budget de 2020, une altercation qui serait survenue à la suite d’une séance du conseil a poussé un élu à porter plainte contre un autre élu pour voies de fait.

Guillaume Laverdière, conseiller au siège numéro 3, affirme avoir déposé une plainte à la Sûreté du Québec contre le conseiller du siège numéro 2, Michel Bournival. M. Laverdière prétend que son collègue a eu un comportement inacceptable envers lui le 21 novembre dernier à la suite d’une séance extraordinaire des élus qui s’est déroulée sans la présence de citoyens.

«Michel m’a agrippé par le collet et m’a brassé. J’ai porté plainte», affirme M. Laverdière.

Selon ce dernier, il était hors de question de laisser passer ces agissements présumés.

«Ça n’a pas sa place. Je veux juste représenter le monde qui m’a élu», mentionne M. Laverdière, qui reproche au maire Michel Lemay de ne pas l’avoir défendu lors des gestes présumés même si le maire s’était déplacé à sa gauche, selon ses dires.

Michel Bournival admet qu’il est l’objet d’une plainte à la police. Le conseiller municipal se fait toutefois discret quant à la nature de l’altercation.

«Je ne veux pas mettre de l’huile sur le feu. Je ne veux pas en parler», a déclaré M. Bournival.

Si ce dernier ne veut pas étaler sur la place publique l’événement du 21 novembre, Michel Lemay a sa version des faits.

Michel Bournival

« Quand tu magasines des skis, tu achètes des skis. Quand tu magasines des claques, tu reçois des claques. »
Le maire Michel Lemay

«Ce serait arrivé après une séance du conseil. Quand les réunions sont finies, je ne reste jamais dans la salle, je m’en vais dans mon bureau. Je n’étais pas présent. J’étais avec Denis Gélinas (le directeur général). Je ne suis pas intervenu lors de l’altercation. M. Bournival m’a dit qu’il lui avait relevé le menton.»

Selon M. Lemay, Guillaume Laverdière affiche un comportement qui ne lui attire pas la sympathie.

«Ça fait une secousse qu’il me cherche. Il est arrivé au conseil en décembre 2018. Il se sent investi d’un pouvoir exceptionnel, mais ce n’est pas comme ça que ça marche. Il ne comprend pas qu’à la fin d’une séance du conseil, il devient un citoyen. Quand tu magasines des skis, tu achètes des skis. Quand tu magasines des claques, tu reçois des claques.»

L’incident a amené un changement de disposition des sièges des conseillers au tour de la table. Michel Bournival n’est plus le voisin de bureau de M. Laverdière, mais siège dorénavant entre Jimmy Gélinas et Geneviève St-Louis. Le maire Lemay mentionne avoir procédé à ce changement à la suite d’une rencontre avec un enquêteur de la Sûreté du Québec.

«Lorsqu’une personne porte plainte à la Sûreté du Québec, cette information est confidentielle. Nous ne pouvons confirmer ni infirmer que l’enquête policière est en cours. Une enquête n’est pas publique», mentionne l’agente Stéphanie Jauvin, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Michel Lemay avait d’ailleurs fait appel à la SQ pour assurer une certaine présence devant sa résidence et le bureau municipal il y a quelques jours. Un véhicule de la SQ a circulé devant le bureau municipal mardi soir à la fin des séances extraordinaires portant sur le budget et sur le déneigement.

La SQ refuse pour sa part de discuter de ce dossier.

Lemay absent du budget

Le refus d’adopter le budget de 2020 forcera les élus à reprendre le travail pour en arriver à un projet acceptable. L’objectif est d’adopter le budget révisé d’ici le 31 décembre. Mais ces travaux se dérouleront en l’absence du maire Lemay.

«Je suis absent jusqu’au 7 janvier. D’ici là, je ne serai pas au bureau municipal. Je ne participerai pas aux séances de travail du budget. C’est à cause des événements qui arrivent depuis deux mois. L’être humain a des capacités de résistance. Mais je ne me rendrai pas malade pour une passion que j’ai. Je vais penser à ma santé avant le reste. Je vais mettre la pédale plus douce.»