Jean-François Aubin

En trois ou quatre versements, promet Aubin

Trois-Rivières — S’il est élu maire de Trois-Rivières le 5 mai prochain, Jean-François Aubin souhaiterait permettre aux Trifluviens de pouvoir acquitter leur compte de taxes municipales en trois, voire même quatre versements. Un engagement électoral qui a souvent été pris par plusieurs candidats par le passé, y compris l’ancien maire Yves Lévesque en 2017, mais qui ne s’est jamais concrétisé.

«Offrir la possibilité aux citoyens de payer leur compte en trois ou quatre versements, comme le font plusieurs municipalités, est un moyen concret de leur donner le temps de respirer et d’éviter de s’endetter ou d’être en défaut de paiement. C’est vrai pour tous, mais particulièrement pour certains de nos aînés pour qui cette mesure permettra de demeurer plus longtemps dans leur maison sans être obligés de vendre. Certains diront que les gens n’ont qu’à prévoir et mettre de l’argent de côté régulièrement, mais la vie est faite d’imprévus et le but de la Ville n’est certainement pas de mettre les citoyens à la rue pour non-paiement de taxes », considère M. Aubin.

L’augmentation du nombre de versements pour les taxes municipales ne s’est jamais concrétisée sous l’ancienne administration, souvent pour une question de rigueur budgétaire, alors que l’on estimait la mesure comme pouvant coûter à la Ville entre 150 000 $ et 250 000 $. Le candidat croit plutôt qu’un calcul plus exhaustif mériterait d’être fait. «Je serais curieux qu’on fasse la contrepartie de ce que ça peut nous coûter en frais de huissiers pour les rappels de non-paiement de taxes, de même que les procédures de saisies pour ceux qui n’ont pas pu acquitter leur compte. Et sur un budget de plus de 260 M$, j’estime que ce sont des coûts minimes que nous pouvons nous permettre pour laisser un peu d’oxygène à nos citoyens», ajoute M. Aubin.

Toutefois conscient que le système de taxes foncières n’est actuellement plus adapté à la réalité d’aujourd’hui, Jean-François Aubin s’est engagé à être actif dans les négociations que mènera l’Union des municipalités du Québec avec le provincial afin de diversifier les sources de revenus, notamment avec les droits de mutation. Rappelons par ailleurs que chaque parti politique provincial s’était engagé, durant la campagne électorale cet automne, à verser 1 % de TVQ aux municipalités pour faciliter cette diversification, une mesure qui n’a toujours pas été mise en place par le gouvernement Legault, rappelle Jean-François Aubin.