En bref

Bibliothèque Bruno-Sigmen: le virage économique de Shawinigan démystifié
La Ville de Shawinigan propose à ses citoyens une conférence pour expliquer la transformation de son tissu économique. L'activité se déroulera le mardi 25 avril à 18 h 30, à la bibliothèque Bruno-Sigmen du secteur Shawinigan-Sud.
François St-Onge, directeur des communications à la Ville, mentionne que cette conférence sera offerte pour la première fois à la population. 
Depuis l'automne dernier, elle a toutefois déjà été présentée à de petits groupes, tels que des intervenants de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan, des étudiants en formation professionnelle ou des retraités.
«Cette conférence a été préparée à la demande du comité de diversification de la Ville», explique M. St-Onge. 
«On voulait faire un portrait de l'économie de Shawinigan, savoir d'où on vient et où on s'en va. Nous avons quatre vidéos de présentation sur des thèmes particuliers, comme l'entrepreneuriat, le passé industriel, la situation actuelle et future. Ça explique le virage fait par la Ville et les citoyens.»
La conférence sera animée par M. St-Onge et Sylvie Lavergne, directrice du développement et des communications à la Société d'aide au développement des collectivités du Centre-de-la-Mauricie. Elle dure environ 1 h 30.
Le porte-parole de la Ville fait remarquer que cette activité vise à mieux faire connaître les initiatives et les nouvelles histoires à succès à Shawinigan, qui échappent souvent à la population en général.
«Ceux qui travaillent à tous les jours sur ces dossiers ont une certaine perception de la réalité», explique M. St-Onge. 
«Mais ceux qui ne sont pas au coeur de ça ne voient pas les choses de la même manière. Parfois, ils ne connaissent pas des entreprises comme Kongsberg ou ne savent pas exactement ce que fait SIM-Cognibox. Ce sera un transfert de connaissances et un échange sur les enjeux.»
L'activité est gratuite, mais il faut réserver sa place en communiquant avec le service aux citoyens à l'hôtel de ville.
Inauguration du Corri-Bouge
À l'avant, on retrouve trois des élèves, Marianne Sanscartier, Batist Willianson et Gabriel Martin. À l'arrière, on aperçoit Julie Marchand, directrice de l'école, Denis Morin, directeur de l'entrepreneuriat à la Commission scolaire de l'Énergie, Jane Lajoie, éducatrice spécialisée et Isabelle Mongrain, enseignante.
Les élèves de la classe d'Isabelle Mongrain et de l'éducatrice spécialisée Jane Lajoie, de l'école Saint-Paul de Shawinigan, ont inauguré officiellement leur Corri-Bouge, un corridor actif qui a pour objectif de les inciter à bouger de façon saine et sécuritaire lors de leurs déplacements autonomes.
Congé de Pâques: présence policière accrue sur les routes
La Sûreté du Québec intensifiera ses interventions sur les routes au cours du long congé de Pâques. De nombreuses opérations en sécurité routière sont d'ailleurs prévues un peu partout au Québec. Les patrouilleurs se concentreront principalement sur les infractions relativement à la vitesse, au port de la ceinture de sécurité, à l'utilisation du téléphone cellulaire au volant et à la conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool ou les drogues. Fait à noter, ces comportements fautifs sont les plus représentés lors des collisions mortelles ou celles ayant entraîné des blessés graves.
La SAQ distribue 12 000 cocos
Depuis l'automne dernier, la SAQ propose la vente de boîtes-cadeaux dont les profits sont destinés au réseau des Banques alimentaires du Québec (BAQ). Grâce à cette récente initiative ainsi qu'à la participation des employés et des clients, la SAQ peut répondre à un besoin urgent et combler une partie du manque de protéines de BAQ en offrant 12 000 oeufs à Moisson Mauricie/Centre-du-Québec, un don qui s'inscrit parfaitement dans le thème de Pâques. «Ce don vient à point alors que Moisson MCDQ est toujours en quête de nourriture fraîche et nutritive pour aider 23 000 personnes chaque mois, dont 7000 enfants qui ont faim en ce moment dans notre région», a commenté le président du conseil d'administration de Moisson MCDQ, Jean-Guy Doucet.
Souper-bénéfice pour la leucodystrophie
Stéphane Beaulac et Jean-Denis Girard en compagnie du président de la section mauricienne de la Fondation, François Boudreau.
Un souper-bénéfice au profit de la section mauricienne de la Fondation Leucodystrophie a récemment eu lieu à Trois-Rivières. Les leucodystrophies sont des maladies neurodégénératives qui atteignent la myéline (ou gaine isolante) qui entoure les neurones. Elles entraînent une détérioration de la condition physique des enfants atteints et touchent un enfant sur environ 7000. La soirée était animée par l'animateur de radio Stéphane Beaulac et la présidence était assurée par le député de Trois-Rivières à l'Assemblée nationale, Jean-Denis Girard.
Près de 11 000 $ solidaires à gagner
Le Comité de Solidarité/Trois-Rivières a mis en place sa Loterie solidaire, un outil d'autofinancement qui permettra à neuf personnes de se partager la somme de 10 675 $. Entre le 20 avril et le 19 octobre, neuf tirages auront lieu, chacun octroyant entre 1025 $ et 1750 $ par tirage. Comme seulement 175 billets, au coût de 144 $ l'unité, sont mis en vente, les participants ont une chance sur 20 de remporter un lot. L'organisme offre également de l'argent aux vendeurs de billets. Pour chaque tranche de cinq billets vendus, un montant de 50 dollars sera remis au vendeur. C'est sans compter qu'un montant de 50 dollars sera remis au vendeur qui aura écoulé l'un des neuf billets gagnants. Pour se procurer un billet, on peut communiquer avec Ginette Houle au 819 373-2598, poste 0, ou par courriel (ginette.houle@cs3r.org).
Activité Génies en Herbe sur les droits des enfants
On peut voir sur la photo les représentants de l'école Richelieu de Trois-Rivières Steven Bilodeau, Marianne Lavigne, Sabrina Lord Bédard et Louis-Mathis Robert.
Plus de 2000 jeunes provenant des écoles primaires et secondaires des Commissions scolaires du Chemin-du-Roy et de l'Énergie ont récemment participé à un concours de type Génies en herbe dont les questions étaient en lien avec les droits des enfants autour du monde. Cette activité a été mise sur pied à l'aide d'outils interactifs développés par le Réseau In-Terre-Actif, secteur jeunesse du Comité de solidarité de Trois-Rivières. L'objectif de ce concours amical est d'initier les jeunes à l'engagement citoyen, de développer leur esprit critique, de les sensibiliser à un enjeu de société et de les inciter à devenir des acteurs de changement dans leur communauté.
Deuxième Combat des chefs
On voit ici les étudiantes responsables de l'activité soit Alyssa Lamy, Ariane Belzile, Laurie Martin, Fanny Boudreau, Catherine Beaubien, Jessica Lampron, Laurie Collard-Bourassa et Karen Racine.
Pour une deuxième année, les étudiants de première année en Technologie de gestion hôtelière et de restauration du Collège Laflèche organisent le Combat des chefs de la Mauricie. L'activité se déroulera le 25 avril prochain à compter de 18 h au restaurant pédagogique L'escarbille. Les participants - des cuisiniers bien connus dans la région ainsi que d'autres plus effacés - devront préparer trois bouchées (une entrée, une bouchée chaude et un dessert) pour 50 personnes. Les convives seront d'ailleurs les juges de ce concours.
Boulodrome à Louiseville: en attente de financement
La Ville de Louiseville poursuit ses recherches de financement dans le but de reconstruire le boulodrome dans les meilleurs délais. Mais plus le temps passe, plus il semble que le projet ne verra pas le jour en 2017.
Depuis le mois de septembre dernier, les quelque 300 membres du club de pétanque de Louiseville n'ont plus de stade fermé pour s'adonner à leur sport favori à longueur d'année. L'ancien boulodrome a été démoli à la fin de 2016, car la structure représentait un risque réel d'effondrement.
Louiseville a toujours le désir de ravoir une telle infrastructure. Le conseil a réservé 240 000 $ dans son dernier plan triennal d'immobilisations. Mais pour construire le boulodrome, des subventions gouvernementales doivent être au rendez-vous.
«Selon nos plans, l'évaluation du projet est entre 600 000 $ et 700 000 $, constate le maire, Yvon Deshaies. On a fait des demandes pour des subventions. À un programme, il n'y avait plus d'argent. On travaille actuellement avec le MADA (le programme Municipalités amies des aînés au Québec) pour une subvention. Partout où on peut appliquer, on va le faire. Ça prend une subvention.»
Le maire de Louiseville sait bien qu'un tel projet exige différentes étapes avant d'être réalisé. Il ne croit pas que le boulodrome sera construit en 2017.
«Je comprends les gens qui ont hâte de ravoir leurs équipements. Mais on est déjà en avril», dit le maire.
La Ville de Louiseville a abandonné l'idée d'aménager le boulodrome dans une bâtisse existante. Un local a été ciblé, mais il n'offre pas une hauteur suffisante pour la pétanque.
L'autisme au Carrefour TRO
Le samedi 15 avril, au Carrefour Trois-Rivières-Ouest, Autisme Mauricie lance une invitation à la population pour vivre, en grande première, une expérience de surcharge sensorielle hors du commun. Cette expérience extrême permettra aux non-autistes de vivre, un court instant, la réalité, les défis et les particularités d'une personne autiste, en toute sécurité. Le tout se déroule à côté du Walmart (entrée par la porte du Centre sportif World Gym). Du même coup, les participants pourront visiter la ferme de Pâques avec leurs enfants. Trouble spectre de l'autisme, manifestations de l'enfance à l'âge adulte, augmentation de la prévalence, ligne du temps et faits saillants, sensibilisation à l'inclusion: voilà autant d'informations que propose ce concept unique Dans ma bulle. Par ailleurs, une invitation est aussi lancée pour la 9e édition de la marche Un petit pas pour une grande cause qui se tiendra le 29 avril, dès 13 h. Le rassemblement est prévu dans la cour des écoles St-Philippe/Mond'Ami (481, rue Bureau), au centre-ville de Trois-Rivières.
Approvisionnement en eau potable à Shawinigan
L'important projet d'approvisionnement en eau potable de Shawinigan, un investissement de plus de 64 millions de dollars, s'approche de plus en plus de la réalisation. Lors de la dernière assemblée publique régulière, les élus ont accordé le contrat pour les travaux à l'usine de traitement du lac des Piles à Allen entrepreneur général, au montant de 6 932 000 $. 
Cinq soumissions avaient été déposées dans le cadre de cet appel d'offres et le conseil municipal s'est rallié à la recommandation de ses ingénieurs-conseils, le groupe Pluritec.
Lors de la même séance, le conseil municipal a autorisé Claude Larocque, directeur du service de l'aménagement du territoire, à signer l'évaluation sommaire du coût des travaux pour l'alimentation électrique pour l'usine du lac à la Pêche, dont la construction représente la plus importante partie de l'investissement total pour ce projet d'approvisionnement en eau potable. 
En fait, la résolution précise qu'Hydro-Québec doit modifier l'alimentation électrique existante sur le chemin Principal, dans le secteur Saint-Gérard-des-Laurentides, pour répondre aux besoins de la nouvelle usine.
Nouvelles ententes à Shawinigan
Le conseil municipal de Shawinigan poursuit la signature de nouvelles ententes avec les représentants de nombreux événements sur son territoire. Lors de la dernière séance régulière, les élus ont annoncé le versement d'un montant annuel de 10 884 $ au Club Optimiste de Saint-Jean-des-Piles pour l'organisation du Festival de la pêche, pour les années 2017, 2018 et 2019. À la même occasion, le Rendez-vous des peintres de Sainte-Flore a aussi obtenu la confirmation de la reconduction de son entente triennale. Cet événement bénéficiera d'une subvention annuelle de 11 050 $.