Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Empreintes: regard sur Trois-Rivières

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — En mettant l’accent sur différents aspects de l’histoire de Trois-Rivières, le huitième numéro de la revue Empreintes apporte un bon éclairage sur des événements du passé tout en accentuant sa présence comme revue historique de qualité.

Ancien député à l’Assemblée nationale, ex-professeur d’histoire et toujours passionné de cette discipline, Michel Morin préside le comité de direction de cette revue couvrant l’histoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Selon lui, son mandat à la présidence est «facile» tellement il est entouré de gens compétents en la matière.

«J’ai pas de misère à donner des directives aux gens, rigole l’ex-homme politique. Raymond Tardif (ancien président et éditeur du Nouvelliste) est mon vice-président, René Hardy et Jean Roy ont dirigé des thèses de doctorat à l’UQTR, Raymond Cormier est le président de Patrimoine Bécancour, Mario Lachance est le président d’Appartenance Mauricie. On a une belle qualité de revue. Il y a un comité de lecture qui corrige les fautes et les faits. C’est solide. Et on a des compliments sur la revue, sur sa qualité, sa facture. C’est une des bonnes revues d’histoire régionale au Québec et on est fier de ça.»

Le huitième numéro regroupe 12 articles sur l’histoire de la capitale régionale. Empreintes revient sur le débat entourant l’identité du fondateur de Trois-Rivières. Un texte parle des Algonquins, alors qu’un autre traite d’une coopérative d’habitations implantée dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine.

Voici la page couverture du numéro de décembre de la revue Empreintes.

La direction d’Empreintes a confié la présidence d’honneur de ce numéro à Jean Poliquin, de la Financière Banque Nationale. M. Poliquin contribue depuis longtemps à cette revue, car l’histoire régionale lui tient à cœur.

«Mes parents sont de Trois-Rivières, mes grands-parents viennent de Trois-Rivières, les arrières-grands-parents avaient des liens avec Trois-Rivières. J’ai un intérêt de fouiller dans l’histoire. J’aime ça! Et quand j’ai mis la main sur cette revue, j’ai vu qu’il y a un travail de recherche là-dedans.»

Le numéro de décembre aborde aussi la présence de journaux trifluviens au tournant du 20e siècle. On profite du centième anniversaire du Nouvelliste pour parler notamment des deux premiers propriétaires du quotidien, Joseph-Hermann Fortier et Jacob Nicol.

«Il y a un aspect cocasse, mentionne Jean Poliquin. Le fondateur du Nouvelliste, M. Fortier, était vice-président de la Banque Nationale.»

«Pour quelqu’un qui aime l’histoire, on apprend plein d’affaires», résume Michel Morin.

Le numéro de décembre 2020 de la revue Empreintes est offert maintenant. Les différents points de vente sont inscrits sur son site internet.