Le maire de Saint-Boniface, Claude Caron.

Employés municipaux de Saint-Boniface: enfin une entente

La guerre d'usure entre le Syndicat des travailleurs et travailleuses de la Municipalité de Saint-Boniface et les élus est terminée. En assemblée générale, les employés viennent d'accepter les termes d'un nouveau contrat de travail de cinq ans qui tourne la page sur un automne assez agité.
Les syndiqués ont dit oui à la dernière proposition dans une proportion de 73 %. Le coeur du litige portait sur l'ouverture des bureaux le vendredi. La Municipalité est parvenue à obtenir cette concession. Par contre, les employés demeureront sur des horaires de quatre jours. Certains travailleront du lundi au jeudi et d'autres, du mardi au vendredi.
«L'horaire de quatre jours, c'était le nerf de la guerre», commente Stéphane Lemaire, conseiller syndical à la Fédération des employées et employés de services publics (CSN). «Nous l'avons toujours, mais il est scindé en deux pour que le vendredi soit couvert.»
«Nous avons une entente qui est gagnant-gagnant», estime Jean St-Louis, conseiller municipal et membre du comité de négociation. «On ajoute le vendredi et nous avons toujours maintenu que si on manquait de monde, on mettrait du monde.»
Par deux fois, les syndiqués avaient rejeté une proposition de règlement, dont la dernière malgré une recommandation positive de leur comité de négociation, à la fin novembre. Au printemps, les syndiqués avaient voté en faveur d'un mandat de grève de 72 heures à être utilisé en moment opportun.
M. St-Louis reconnaît que le rejet exprimé le 25 novembre avait été durement encaissé, puisqu'il s'agissait d'une entente de principe.
«Quand j'avais appris ça, j'avais perdu connaissance!», image-t-il. «Ce n'était pas une bonne nouvelle. On est retourné à la table avec de nouveaux négociateurs. Nous avons maintenant une entente valide et nous allons de l'avant avec ça.»
Le précédent contrat de travail avait pris fin le 31 décembre 2013. Rappelons que le projet de loi 110 impose des ententes d'au moins cinq ans dans le secteur municipal. Les syndiqués ont obtenu des augmentations salariales de 12 % étalées sur cinq ans: 2 % en 2014 et 2015, 3 % en 2016, puis 2,5 % en 2017 et 2018. Le contrat touche une quinzaine d'employés.