Yves Lévesque et un de ses petits-fils.

Un cinquième mandat pour Lévesque

Trois-Rivières — C’est un cinquième mandat consécutif à la mairie de Trois-Rivières que les Trifluviens ont confié à Yves Lévesque, au terme du scrutin dimanche.
Yves Lévesque à son arrivée à l'hôtel des Gouverneurs où ses partisans étaient réunis.

Avec 51,7 % des voix contre 44,7 % pour son plus proche rival Jean-François Aubin, le maire Yves Lévesque retourne donc à la table du conseil municipal. Un conseil qui change grandement de visage et qui pourrait apporter une nouvelle dynamique à l’hôtel de ville de Trois-Rivières.

La lutte n’aura toutefois pas été facile pour Yves Lévesque, qui a même été devancé par Jean-François Aubin au tout début du dépouillement des votes. Toutefois, vers 20 h 35, le maire sortant a repris la tête pour ne plus jamais regarder derrière lui. Au terme du dépouillement, il a obtenu 3570 voix de majorité sur les 50 880 votes compilés.

Yves Lévesque est arrivé à l’hôtel des Gouverneurs, là où se tenait son rassemblement électoral, accompagné de sa famille. Il s’est évidemment dit très heureux du résultat, lui qui a qualifié la soirée électorale de «pire qu’une finale de la Coupe Stanley». 

«C’est la huitième campagne électorale et chaque campagne est un grand défi. La seule chose qu’on contrôle c’est soi-même, et on espère que les gens sont conscients du travail qui a été fait durant les quatre dernières années», a-t-il déclaré. 

Yves Lévesque compte désormais se remettre au travail le plus rapidement possible. «On a des grands projets, le centre des congrès qui va ouvrir bientôt, le colisée aussi. Il y a des belles annonces qui s’en viennent au niveau économique», indique-t-il.

Pour son plus proche adversaire, Jean-François Aubin, la victoire semblait à portée de main au tout début de la soirée, mais il a finalement concédé la victoire à Yves Lévesque, sans pour autant se raviser sur cette volonté de changement qui semblait souffler sur la ville durant cette campagne. 

«On y a cru parce que c’était possible. Plusieurs n’y croyaient pas, mais ce n’est pas ce que je sentais sur le terrain. Je sentais un fort vent de changement. Il n’a pas été suffisamment fort pour amener un changement, mais il a quand même soufflé», remarque-t-il.

M. Aubin n’a cependant pas caché sa satisfaction de voir arriver plusieurs nouveaux visages au sein du conseil municipal, des nouveaux conseillers qui ne donneront certainement pas un chèque en blanc au maire Lévesque, selon lui. 

Rappelons que des conseillers comme Joan Lefebvre, Yves Landry, Pierre-A. Dupont et Jeannot Lemieux ont été défaits au profit de Claude Ferron, Valérie Renaud-Martin, Dany Carpentier et Mariannick Mercure, sans compter l’arrivée de Denis Roy dans le district Marie-de-l’Incarnation, laissé vacant par la course à la mairie du conseiller sortant Jean-François Aubin.

«Ça va être un conseil bien animé. Ça me dit que M. Lévesque ne pourra pas faire tout ce qu’il veut comme il veut avec une majorité qui va suivre un petit peu aveuglément. Ça me dit qu’il y a des gens qui vont se tenir debout et qui vont poser des questions quand ils auront des questions. Là dessus, c’est une belle victoire ce soir», a confié celui qui compte désormais retourner à sa carrière d’enseignant au Cégep de Trois-Rivières.

Questionné à savoir s’il ne craignait pas l’arrivée d’une majorité de conseillers qui n’étaient pas ses alliés, le maire a rétorqué qu’il n’existait pas de parti politique à Trois-Rivières. 

«C’est quoi un allié? Est-ce que j’ai un parti politique? Les gens ont été élus comme moi. Les enjeux qui ont été annoncés ont été clairs, et les gens m’ont choisi en fonction des priorités annoncées. Eux ont des priorités aussi, et on va s’assurer de travailler tous ensemble pour faire avancer les choses», indique-t-il.

Finalement, avec à peine 3,5 % du vote, le candidat André Bertrand s’est évidemment dit déçu du résultat, mais ne regrette pas sa campagne. 

«J’aurais pensé que ce serait un peu plus que ça, mais j’ai adoré mon expérience de campagne électorale. J’ai mené une campagne propre, sans jamais parler contre mes adversaires mais en proposant des choses. Cependant, la démocratie a parlé et je m’incline devant la démocratie», a-t-il signifié, se disant lui aussi satisfait de voir la composition du nouveau conseil municipal. 

«Il y aura de l’animation au conseil. Je pense que le maire Lévesque n’est pas sorti du bois. Je suis content car il sera surveillé de près, il ne pourra pas faire ce qu’il veut», remarque M. Bertrand.