André Noël sollicitait un neuvième mandat dimanche, dans le district du Carmel. Son passage à la Ville se sera terminé après 31 ans comme conseiller municipal.

Nostalgie et sérénité pour les conseillers défaits à Trois-Rivières

Trois-Rivières — C’est avec une pointe de nostalgie, mais généralement dans la sérénité que les conseillers municipaux défaits lors de l’élection de dimanche à Trois-Rivières quittent le conseil municipal trifluvien. Pour l’un d’entre eux, il s’agit d’ailleurs de tourner une page sur plus de trente ans de vie politique municipale.

En effet, André Noël sollicitait un neuvième mandat dimanche, dans le district du Carmel. Son passage à la Ville se sera terminé après 31 ans comme conseiller municipal, lui qui a été défait par Pierre Montreuil.

«On a toujours ça à l’esprit, que la défaite peut arriver parce que lors d’une élection, il n’y a pas de reprise. Mais j’ai fait huit mandats, c’est exceptionnel», lance celui qui est arrivé dans l’ancienne ville en 1986, alors que Gilles Beaudoin occupait la mairie. Celui qui se dit toutefois déjà rendu ailleurs n’a pas cherché à analyser davantage sa défaite, s’en remettant à la démocratie. 

«J’ai bénéficié de ce système pendant plus de trente ans. Je serais mal venu de dire aujourd’hui que c’est un système qui ne fonctionne pas», lance-t-il en riant.

Propriétaire de plusieurs immeubles, André Noël entend désormais se consacrer à ses affaires, lui qui souhaite tout de même voir les dossiers de l’île Saint-Quentin et de la STTR, deux corporations dont il occupait la présidence, continuer de cheminer dans la vision choisie.

Pierre-A. Dupont

À 76 ans, Pierre-A. Dupont quitte aussi la vie politique pour de bon, lui qui a été défait dans de La-Vérendrye aux mains de Dany Carpentier. Après 23 ans de vie politique, entrecoupés d’un mandat où il a été défait en 2009-2013, Pierre-A. Dupont constate que le quartier où il agissait comme conseiller municipal s’est rajeuni et que la nouvelle génération cherchait autre chose. 

«J’ai bien participé à l’essor de la ville, j’ai fait mon possible et j’aurais aimé continuer, mais je passe à autre chose», signale celui qui compte maintenant voyager avec son épouse et s’affairer à son passe-temps de fabrication de meubles.

Marie-Claude Camirand

Après huit ans comme conseillère municipale de Chavigny, Marie-Claude Camirand cache mal son pincement au cœur, surtout en voyant les nouveaux visages qui ont fait leur entrée au conseil municipal. 

«C’est rafraîchissant et je suis certaine qu’il y a un vent nouveau qui va souffler sur le conseil. Mon grand regret est de ne pas pouvoir partager ça», confie celle qui précise que son rôle de conseillère municipale l’habitait entièrement, que ce n’était pas seulement un travail. 

La médiatisation de son envoi d’un courriel au candidat à la mairie André Bertrand, en tout début de campagne, aura miné son énergie au début de la course, ajoute-t-elle. 

«C’était le but de mes adversaires et ils ont réussi. Si c’était à refaire, comme je suis entière et transparente, je le referais, mais je serais peut-être plus claire dans mes propos et je laisserais moins de place à l’interprétation de ce que j’ai voulu dire à M. Bertrand», mentionne-t-elle, ajoutant qu’elle ne ferme pas la porte à un retour, mais qu’elle n’en est pas là pour le moment.

Jeannot Lemieux

Dans des Forges, Jeannot Lemieux attribue lui aussi sa défaite aux stratégies déployées par ses adversaires, lui qui soutient qu’on laissait courir le mot qu’il s’absentait tous les hivers en Floride et qu’il n’était pas présent pour le secteur. 

«J’y suis allé le premier hiver, mais par la suite nous sommes toujours restés ici et j’ai été plus que disponible pour mon secteur. Ça n’a pas été une campagne très respectueuse. Mais je tourne la page et je vais prendre du temps pour moi désormais», indique celui qui a été élu en 2013.

Joan Lefebvre

Dans des Rivières, Joan Lefebvre ne tourne pas la page à un retour en politique, que ce soit au municipal, provincial ou fédéral. 

«Je suis tatouée politique, je suis une passionnée. En 2014, j’avais été approchée mais je venais d’être réélue au conseil, ce n’était pas le bon moment. Je ne ferme la porte à rien, on verra ce qui se présente», indique-t-elle.

Mme Lefebvre estime qu’elle a mené une excellente campagne et aurait adoré continuer comme conseillère municipale. 

«Il y a une nouvelle mouture au conseil, une nouvelle génération qui arrive avec une autre façon de penser. Je souhaite, pour ma part, qu’on continue ce qui est sur la table. Je souhaite que les nouveaux élus prennent le temps d’écouter et d’apprendre le langage municipal avant de prendre des décisions hâtives», indique-t-elle.

Il n’a pas été possible de joindre le conseiller défait dans des Carrefours, Yves Landry.