À l’avant, le président de la LDAC, Rodolphe Parent. À l’arrière, Marie-Claude Camirand, Dany Carpentier, Denis Roy, Claude Ferron, Jean-François Aubin et Valérie Renaud-Martin.
À l’avant, le président de la LDAC, Rodolphe Parent. À l’arrière, Marie-Claude Camirand, Dany Carpentier, Denis Roy, Claude Ferron, Jean-François Aubin et Valérie Renaud-Martin.

Neuf candidats s’engagent à être transparents

Trois-Rivières — La Ligue d’action civique et son président, Rodolphe Parent, étaient de passage à Trois-Rivières, mercredi, afin de présenter le seul candidat à la mairie de Trois-Rivières et les candidats aux postes de conseillers qui ont décidé de signer sa campagne d’engagement.

Seulement huit des aspirants conseillers à la Ville de Trois-Rivières et un seul candidat à la mairie, Jean-François Aubin, ont signé l’engagement en question.

La Ligue d’action civique assure qu’elle avait proposé à tous les candidats de s’engager.

Les candidats à la mairie peuvent signer jusqu’à 22 engagements tandis que les candidats aux postes de conseillers avaient sept engagements à prendre.

Notons que la Ligue d’action civique est un regroupement de citoyens et de personnes en politique engagés sur la question de la transparence, de l’intégrité et de l’anticorruption. 

«On a été créé en 2011 à la suite de tous les scandales qui ont mené à la Commission Charbonneau», rappelle M. Parent en précisant que la Ligue est ni plus ni moins qu’un «regroupement d’élus et de lanceurs d’alerte dans les Villes».

Ce lobby travaille avec le gouvernement du Québec à modifier les lois pour plus de participation citoyenne et plus de transparence municipale.

Jean-François Aubin a levé la main quand la Ligue lui a proposé de signer l’engagement. 

«Ce mouvement-là rejoignait mes valeurs», dit-il, car il permet de voir comment on peut améliorer la démocratie au niveau municipal. La ligue arrivait avec des propositions concrètes pour améliorer la démocratie, tant au niveau des séances municipales, au niveau de la formation, de la diffusion, de l’accès à l’information et de la transparence en mettant, par exemple, tous les rapports, toutes les choses de la Ville sur le site de la Ville. Ce n’est pas le cas actuellement», déplore-t-il.

Le candidat à la mairie a constaté qu’il y a eu un manque de transparence, au cours des dernières années, à Trois-Rivières. Dans le dossier du colisée, par exemple, les conseillers ont «su par les médias qu’une étude avait été faite. Les élus n’avaient jamais pris connaissance de ça», illustre Jean-François Aubin.

Rodolphe Parent rappelle que des élus se font même virer de comités de travail parce qu’ils ne sont pas d’accord avec le maire.

Ce fut le cas, effectivement, pour Jean-François Aubin lorsqu’il était conseiller.

En adhérant à la campagne d’engagement de la Ligue, les candidats s’engagent, s’ils sont élus, à faire en sorte que tous les élus soient présents aux comités de travail, peu importe leur allégeance politique, illustre Rodolphe Parent. Ils s’engagent aussi à livrer les informations demandées et de le faire de bonne foi. Ils s’engagent également à webdiffuser toutes les séances du conseil. Tous les engagements figurent sur le site actioncivique.org.

L’organisme propose aux candidats trois «étoiles d’engagement», c’est-à-dire trois niveaux. Jean-François Aubin a signé la troisième étoile, soit le niveau d’engagement contenant le plus de points, 

soit 22 mesures qui feront d’ailleurs l’objet de vérifications après deux ans et quatre ans par la Ligue d’action civique. 

«Le but n’est pas de les punir, mais de les aider à respecter le plus possible leurs engagements», précise M. Parent.

Notons que les autres candidats qui ont signé la campagne d’engagement de la Ligue d’action civique sont Dany Carpentier, Luc Tremblay, Marie-Claude Camirand, Valérie Renaud-Martin, Denis Roy, Sabrina Roy et Claude Ferron.

La Ligue compte aussi, sur sa page Facebook, le nom de Mariannick Mercure qui ne fait toutefois pas partie de la liste dévoilée mercredi, même si elle a signé, parce qu’elle ne voulait pas être associée à l’équipe de M. Aubin, indique M. Parent. 

Quant à M. Aubin lui-même, son nom ne figurait pas encore sur cette liste mercredi, et ce, pour des raisons strictement techniques. 

M. Parent a confirmé qu’il s’était toutefois bel et bien engagé.

M. Parent indique qu’il n’est pas trop tard pour les autres candidats de signer l’engagement.