À quelques semaines de l’élection municipale, le maire sortant Yves Lévesque continue de jouir d’un excellent taux de satisfaction auprès de la population trifluvienne.
À quelques semaines de l’élection municipale, le maire sortant Yves Lévesque continue de jouir d’un excellent taux de satisfaction auprès de la population trifluvienne.

Fort taux de satisfaction pour Yves Lévesque

Trois-Rivières — À quelques semaines à peine de l’élection municipale, le maire sortant, Yves Lévesque, continue de jouir d’un excellent taux de satisfaction auprès de la population trifluvienne. C’est du moins ce qui ressort du sondage Segma Recherche, commandé pour le compte du Nouvelliste et de Cogeco Média 106,9 FM.

En effet, avec 79,7 % de gens qui se disent très satisfaits ou assez satisfaits du travail du maire Yves Lévesque au cours de son dernier mandat, le maire sortant obtient l’un des taux de satisfaction les plus élevés depuis 2005. Il faut en fait remonter à 2007 pour recenser un taux de satisfaction de 80 % à son endroit.

«En 2011, il avait chuté à 64 %. On constate donc que c’est un retour à ses années les plus fortes», constate Raynald Harvey, président de Segma Recherche. Ce dernier note toutefois qu’on ne compte pas sur un noyau très important de gens qui se disent «très satisfait», avec seulement 27,5 % contre 52,2 % se disant «assez satisfait». 

«En général, lors d’un taux de satisfaction aussi élevé, on constate un noyau de «très satisfait » plus fort, autour de 35 % ou 40 %. Par contre, le niveau de satisfaction pour le travail de M. Lévesque est fort partout, dans tous les sous-groupes et dans tous les secteurs de la ville. Ça nous laisse penser qu’il n’existe pas vraiment de clientèle-cible pour que ses adversaires tentent de rallier les mécontents de son administration», analyse Raynald Harvey. 

Ce dernier fait remarquer que bien que le taux de satisfaction soit élevé partout, il l’est particulièrement chez les gens plus âgés et chez les répondants moins scolarisés.

Toutefois, un taux de satisfaction ne se traduit pas toujours forcément en intentions de vote. En 2009, à quelques semaines des élections municipales, Yves Lévesque récoltait un taux de satisfaction de 77 % dans un sondage aussi mené par Segma Recherche. Trois semaines plus tard, Yves Lévesque obtenait 55 % des voix contre son adversaire André Carle, avec 45 % des voix.

Les intentions de vote à l’élection municipale seront dévoilées dans une seconde partie du sondage qui sera publiée lundi matin.

Secteurs

Qu’on se déplace d’un secteur à l’autre, le taux de satisfaction pour Yves Lévesque demeure très élevé. À Trois-Rivières même, il grimpe à 83,6 %, soit le plus élevé de tous les secteurs. Dans l’ouest de la ville et à Pointe-du-Lac, on compte 79,2 % de taux de satisfaction, contre 76,5 % dans l’est, comprenant Cap-de-la-Madeleine, Sainte-Marthe et Saint-Louis-de-France. 

Le taux d’insatisfaits demeure cependant le plus élevé du côté du secteur est, avec 21,5 % d’insatisfaits, contre 13 % à Trois-Rivières et 14,7 % dans les secteurs de l’ouest. 

Réactions

Pour le principal intéressé, Yves Lévesque, le résultat traduit une belle marque de reconnaissance de la population, lui qui refuse toutefois de s’en accorder tout le crédit. 

«Je suis bien content, mais c’est grâce au travail de toute une équipe. C’est aussi grâce à la fonction publique, à tous les employés municipaux qui travaillent très fort pour faire en sorte que les coûts d’opération soient bas et qu’on ait une meilleure qualité de vie ici. Notre but, c’est de toujours s’améliorer, se remettre en question pour s’assurer qu’on a les meilleures façons de faire», mentionne Yves Lévesque.

Surprise toutefois pour l’un de ses adversaires, André Bertrand, qui signale que le taux de satisfaction reflété dans le sondage ne traduit absolument pas ce qu’il peut voir sur le terrain quotidiennement. 

«Ça me surprend, parce que quand je fais mon porte-à-porte, les gens me disent autre chose. Ils disent que M. Lévesque dépense trop, qu’il s’engage dans des projets de trop grande envergure. Les gens nous disent qu’après 16 ans au pouvoir, il est temps qu’il parte», signale celui qui s’est dit particulièrement surpris des résultats cumulés dans le secteur est, où il entend un discours moins reluisant.

Quant à Jean-François Aubin, il assure lui aussi que le résultat ne reflète pas la réalité entendue sur le terrain. 

«J’ai fait plus de 5000 portes à ce jour, et c’est vraiment différent de ce que j’entends. On a vraiment deux sons de cloche ici», indique-t-il. 

Par contre, il ne se formalise pas d’un pourcentage élevé de taux de satisfaction et dit avoir hâte de pouvoir comparer ces résultats avec les intentions de vote et le reste du sondage. 

«Quand je fais du porte-à-porte, les gens ne sont pas forcément insatisfaits du travail d’Yves Lévesque, ils sont à l’aise avec le passé. Mais ils disent aussi que ça fait longtemps qu’il est là et qu’ils ont envie de passer à autre chose, de regarder vers l’avenir. Ces gens-là ont déjà voté pour Yves Lévesque, mais veulent à présent du changement», constate-t-il, signalant que le taux de satisfaction d’un maire sortant est bien plus souvent garant du passé que de l’avenir.

À ne pas manquer lundi matin

Les résultats sur les intentions de vote à la mairie de Trois-Rivières