Michel Angers

Deux districts ne voulaient pas d’Angers

Shawinigan — Michel Angers a conclu sa troisième campagne à la mairie de Shawinigan avec une confortable avance, mais les électeurs de deux districts ne souhaitaient pas le revoir à la tête de la ville. Dans cinq autres, il était toutefois intouchable, ce qui explique le résultat de dimanche.

Le rapport du directeur des élections de Shawinigan, Me Yves Vincent, est déjà complété et tous les candidats en ont reçu une copie. Cette mer de chiffres leur permet de mesurer précisément leurs appuis et les secteurs qui ont pu faire la différence dans le résultat final.

M. Angers a finalement récolté 58,9 % des votes dimanche. Il a devancé ses deux adversaires, François Bonenfant et Judeline Corriveau, dans tous les districts. Par contre, dans deux cas, le vote combiné de ses opposants surpassait le sien.

Même si les résidents du secteur Lac-à-la-Tortue ont enfin obtenu l’investissement tant attendu pour l’assainissement des eaux usées, la majorité des électeurs qui se sont exprimés dans le cadre de la dernière élection souhaitait un changement de garde à la mairie. Alors que M. Angers a obtenu 1206 votes dans le secteur des Boisés, ses deux adversaires en ont récolté, ensemble, 1420. 

Il faut rappeler que M. Bonenfant est originaire du secteur Lac-à-la-Tortue. Les 1104 votes obtenus dans le district des Boisés constituent d’ailleurs sa meilleure performance à travers la ville.

Le maire de Shawinigan rencontre aussi un peu plus d’opposition dans le district de la Rivière. Bien qu’il ait récolté 1322 votes à cet endroit, M. Bonenfant et Mme Corriveau ont attiré 1338 électeurs. À noter que 70 bulletins ont été rejetés dans le district de la Rivière, le plus haut total à travers la ville.

Les conseillers de ces secteurs n’ont pas trop payé le prix de cette relative impopularité. Dans le district des Boisés, Martin Asselin a coiffé assez facilement ses trois adversaires dimanche, obtenant une majorité absolue. Quant à Nancy Déziel, elle a dû utiliser toute sa petite monnaie pour vaincre Roger Castonguay, mais elle affrontait une organisation bien rodée.

Le district du Rocher constitue aussi un beau défi pour Michel Angers. Il y a obtenu 1252 votes cette fois-ci, un peu plus que les 1092 de ses deux adversaires. Là également, la conseillère sortante Lucie DeBons s’est faufilée de justesse devant René Fugère et Steeve Carrey.

Dans les cinq autres districts, Michel Angers pouvait dormir sur ses deux oreilles. Ses appuis frôlent même les 70 % dans le district de la Cité, où les électeurs ont tout de même décidé de changer de conseiller avec l’élection de Jacinthe Campagna, gagnante par 35 voix sur Alain Lord. Les districts Almaville (67,2 %), Val-Mauricie (65,9 %), des Hêtres (65,4 %) et des Montagnes (62 %) constituent également des valeurs sûres pour le maire sortant, une tendance depuis sa première élection en 2009. M. Angers bénéficie donc d’appuis déterminants dans les limites des anciennes villes de Shawinigan et Shawinigan-Sud.

Enfin, le taux de participation aux élections municipales a encore baissé en 2017. Pour l’ensemble de la ville, il s’est établi à seulement 47,2 %. 

Le seuil de 50 % n’a été franchi que dans trois districts, soit des Montagnes, de la Rivière et Val-Mauricie. Le taux de participation a été particulièrement anémique dans les districts des Hêtres (39,3 %) et de la Cité (40,5 %).