Le conseil municipal de Trois-Rivières.

Élections municipales à Trois-Rivières: «Pas de place pour un troisième joueur»

Le mystère a été levé sur le sondage publié plus tôt cette semaine sur le site Surveymonkey, au sujet des élections municipales à Trois-Rivières. Le sondage aurait été commandé par un homme d'affaires de Trois-Rivières qui envisageait se lancer dans la course à la mairie et qui souhaitait du même coup mesurer ses chances. Or, à la lumière des résultats, il semble que sa réflexion n'ira pas plus loin, selon ce que Le Nouvelliste a pu apprendre.
C'est l'instigateur du sondage qui a contacté Le Nouvelliste pour expliquer l'objectif de l'exercice. Rappelons que le sondage, qui comportait sept questions, visait à connaître la satisfaction des répondants quant au travail de leur conseiller municipal, mais également connaître leurs intentions de vote advenant une lutte à deux entre Yves Lévesque et le conseiller municipal Jean-François Aubin qui, rappelons-le, n'a toujours pas annoncé s'il se porterait ou non candidat. Le questionnaire cherchait aussi à connaître l'ouverture des gens quant à une troisième candidature dans cette course.
Il semble donc que c'est ce point particulièrement que les instigateurs du sondage cherchaient à mesurer. L'homme d'affaires, qui préfère conserver l'anonymat, aurait demandé à prendre le pouls de la population en créant un sondage afin de voir si ses chances étaient bonnes.
«Malheureusement pour lui, les citoyens de Trois-Rivières sont catégoriques. Personne ne veut d'une lutte à trois qui diviserait le vote comme en 2013. Peu importe que l'on aime messieurs Lévesque ou Aubin, il n'y a pas de place pour un troisième joueur. C'est très clair, on veut une lutte à deux», a indiqué l'instigateur du sondage, qui agissait à titre de consultant pour le candidat potentiel, et qui préfère que son identité ne soit pas dévoilée dans les médias.
Il nous a cependant permis de consulter certaines pages résultant du sondage afin de faire voir certains points forts ressortant des commentaires des quelque 815 personnes qui ont répondu. 
Environ 72 % des répondants se disent satisfaits des services offerts par la Ville de Trois-Rivières. En revanche, près de 64 % des répondants ont indiqué être insatisfaits du travail de leur conseiller municipal. «Certains ne sont pas tendres envers ces derniers. On leur reproche parfois leur manque de disponibilité et le fait de voter fréquemment sans considérer les commentaires de la population», indique l'instigateur du sondage.
Par ailleurs, les thèmes ayant les plus souvent été mentionnés comme étant des enjeux électoraux sont l'emploi, la transparence des finances publiques, le développement du transport en commun, les pistes cyclables et davantage de mesures pour les familles. Toutefois, on a refusé d'indiquer au Nouvelliste les résultats concernant les intentions de vote à la mairie. «L'objectif de ce questionnaire n'était pas de favoriser l'un ou l'autre des aspirants en place, alors il vaut mieux que ce sondage tombe dans l'oubli», nous a mentionné notre source.
Rappelons que ces résultats doivent tout de même être pris avec un grain de sel, de par la nature même du sondage. Questionné sur la validité de l'exercice plus tôt cette semaine, le président de la firme Cible Recherche, Jean Laroche, avait indiqué qu'il ne s'agissait pas d'un sondage scientifique. «On est à des années-lumière [...] Le sondage va donner des résultats, mais est-ce qu'ils seront de qualité? La réponse c'est évidemment non», avait-il déclaré. M. Laroche avait d'ailleurs analysé, à la lumière d'une des questions posées, que le sondage pouvait avoir été demandé par un candidat potentiel qui souhaitait savoir s'il y avait de la place pour une lutte à trois.