Pas moins de 45 candidats sont sur les rangs pour former le prochain conseil municipal de Trois-Rivières.
Pas moins de 45 candidats sont sur les rangs pour former le prochain conseil municipal de Trois-Rivières.

Élections à Trois-Rivières: la course est lancée

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Le portrait électoral est désormais complet à Trois-Rivières, en vue des élections municipales du 5 novembre prochain. Au total, ce sont 45 candidats, dont trois à la mairie, qui seront sur les rangs pour former le prochain conseil municipal. Des élections auront lieu dans pratiquement tous les districts, excepté Saint-Louis-de-France.

En effet, de ce côté, le conseiller sortant Michel Cormier est élu par acclamation, étant donné qu’aucun opposant ne s’était manifesté vendredi à 16 h 30, moment de clôture des mises en candidature aux élections municipales. M. Cormier sera donc de retour au conseil municipal pour les quatre prochaines années.

«C’est un sentiment incroyable, une belle marque de respect de la part des gens de mon district. Je vais continuer à travailler très fort pour eux comme je l’ai fait depuis quatre ans», a résumé M. Cormier, indiquant qu’il avait commencé sa campagne électorale dans son district, mais qu’il en profitera désormais pour se concentrer sur les dossiers de son secteur. Il entend d’ailleurs se tenir en retrait de la course électorale et ne compte pas forcément travailler pour l’organisation de l’un ou l’autre des candidats des autres districts.

Ailleurs, des luttes se dessinent dans tous les autres districts, avec parfois jusqu’à six candidats pour un seul district. De tous les candidats inscrits auprès du Directeur général des élections, le quart sont des femmes.

Notons par ailleurs qu’aucun parti politique n’a été formé au cours de cette mise en candidature, contrairement à 2013 où le parti Force 3R présentait des candidats dans une majorité de districts. Pour cette élection, chaque candidat se proclame donc indépendant.

Mairie

On savait déjà que la course à la mairie se ferait à trois candidats, avec le maire sortant Yves Lévesque, le conseiller sortant de Marie-de-l’Incarnation Jean-François Aubin ainsi que l’ancien commissaire industriel d’IDÉ Trois-Rivières, André Bertrand.

Le maire sortant, Yves Lévesque, se réjouissait de voir qu’encore cette année, avec 45 candidats et des luttes dans presque tous les secteurs, la vie démocratique municipale intéressait autant les gens. «Si les gens veulent vraiment changer les choses, ils peuvent le faire tous les quatre ans en devenant candidat. Pour moi, c’est très sain, c’est signe que les gens veulent participer à la vie démocratique», constate celui qui fera à son tour son lancement de campagne le mercredi 11 octobre à l’hôtel Rodeway Inn. Yves Lévesque, qui disait vouloir mener une campagne sobre, indique tout de même vouloir marquer le coup avec ses partisans, en plus d’avoir commencé l’installation de pancartes électorales à certains endroits stratégiques de la ville.

Pour André Bertrand, il ne fait pas de doute qu’il y aura des regards neufs autour de la table du conseil après les élections. «On voit que les gens qui veulent s’impliquer ont différents talents et proviennent de différents milieux. Je sens qu’il y aura de la nouveauté autour de la table, et ce sera enrichissant», croit-il.

De son côté, Jean-François Aubin signale qu’il va commencer à accélérer le rythme de sa campagne électorale dès la semaine prochaine. «Nous allons multiplier les présences publiques et utiliser différents outils de communication pour continuer le travail. Peu importe le nombre de candidats qui se présentent à la mairie, j’ai toujours dit que l’adversaire, pour nous, c’est M. Lévesque. En faisant du porte-à-porte, on rejoint les gens qui suivent moins la politique municipale, et c’est notre principal défi, de les inciter à aller voter», mentionne-t-il.

Yves Lévesque
Jean-François Aubin
André Bertrand

À surveiller

Certaines luttes seront à surveiller dans cette nouvelle carte électorale, où pour la première fois depuis la fusion municipale, le nombre de districts électoraux passe de seize à quatorze. En ce sens, les deux nouveaux districts fusionnés à la suite de cette refonte seront intéressants à suivre. Le district de la Madeleine, fusion des anciens districts du Sanctuaire et de la Madeleine, est disputé par trois candidats, soit la candidate sortante du Sanctuaire Sabrina Roy qui affronte le directeur général du centre Jean-Noël-Trudel Gaétan Laperrière ainsi qu’Yves Lapierre, qui avait défendu les couleurs du défunt parti politique Force 3R en 2013, et qui se représente comme indépendant.

La fusion des districts Sainte-Marguerite et Laviolette en nouveau district de la Vérendrye a suscité l’intérêt, puisque quatre candidats se disputent le poste, soit le conseiller sortant de Sainte-Marguerite Pierre-A. Dupont, de même que Jimmy Boisvert, Dany Carpentier et Alain Martel.

Mais c’est le district Marie-de-l’Incarnation qui suscite le plus la convoitise, avec le départ du conseiller sortant Jean-François Aubin qui brigue la mairie. Pas moins de six candidats ont déposé leur bulletin, soit Tania Brisson, Christian Duval. André Lapierre, Serge Parent, Jonathan Poulin et Denis Roy. Il ne s’agit cependant pas d’un record de candidatures, puisqu’en 2013, pas moins de huit candidats tentaient leur chance dans le district des Forges.

D’autres districts sont également très convoités, avec chacun quatre candidats sur la ligne de départ, soit les districts de Châteaudun, des Forges et de Pointe-du-Lac.