Les candidats Benoît Rochefort (CAQ)et Sylvain Gaudreault (PQ) sont au coude-à-coude dans la circonscription de Jonquière.

Quasi-égalité dans Jonquière

Si l’on se fie au plus récent sondage mené par la firme Mainstreet Research pour le compte de Groupe Capitales Médias, les candidats Sylvain Gaudreault (PQ) et Benoît Rochefort (CAQ) sont au coude-à-coude dans la circonscription de Jonquière, en vue des élections de lundi. Ils obtiennent respectivement 38,0 pour cent et 38,1 pour cent des intentions de vote.

Un premier coup de sonde réalisé il y a deux semaines avait placé le péquiste loin derrière son adversaire caquiste, avec un écart de 14,6 pour cent entre les deux candidats. Les résultats, qui démontraient que Sylvain Gaudreault était sérieusement menacé par Benoît Rochefort, n’ont pas manqué de faire réagir le député sortant, qui a remis en cause validité de l’enquête.

Vice-président de Mainstreet Research, Steve Pinkus attribue ce revirement majeur de situation dans Jonquière à un élément non négligeable : le nom des candidats. Lorsque le premier sondage a été réalisé, ils ne pouvaient être nommés. Les répondants étaient donc invités à se prononcer sur la base du parti politique pour lequel ils avaient l’intention de voter.

Selon les explications fournies par Steve Pinkus, étant donné que l’ensemble des candidats n’était pas connu dans toutes les circonscriptions du Québec, il n’était pas possible, légalement, d’utiliser les noms. Ce ne fut pas le cas lors des entrevues téléphoniques réalisées auprès de 576 personnes vendredi. La marge d’erreur est de 4,06 pour cent.

« Le nom de M. Gaudreault porte beaucoup de poids à Jonquière », a fait valoir le sondeur, au cours d’un entretien téléphonique. Il estime que tout peut arriver entre la date où l’échantillon s’est exprimé et le jour J.

« Il y a trois éléments principaux qui vont affecter ce qui se passe d’ici lundi. Il y a la tendance nationale, la visite de M. Legault, qui a annoncé qu’il reviendrait au Saguenay-Lac-Saint-Jean, et le mouvement dans la population. Est-ce qu’il y a une volonté de changement et est-ce que ça peut se transformer en vague ? On verra », dit Steve Pinkus qui croit qu’à Jonquière, la situation est « épouvantable » puisqu’elle « ne nous dit rien ».

Dans la même circonscription, le libéral Alexandre Duguay obtient 11 pour cent de la faveur populaire, tandis que Marcel Lapointe, de Québec solidaire, peut compter sur 6,3 pour cent des appuis. Les « autres partis » retiennent 6,7 pour cent des intentions de vote.

Les résultats commentés par le patron de Mainstreet Research sont ceux des électeurs qui se sont dits décidés ou enclins à voter pour le candidat évoqué. Selon lui, ils sont les plus fiables, puisque le portrait global des électeurs comporte 21,2 pour cent d’indécis.

+

L'ÉCART SE RÉDUIT DANS LAC-SAINT-JEAN

Dans Lac-Saint-Jean, autre circonscription régionale sondée par Mainstreet Research vendredi, la CAQ est toujours en avance, mais l’écart entre le représentant de François Legault et son adversaire péquiste, William Fradette, s’amincit.

Lors du sondage d’il y a deux semaines réalisé sans les noms des candidats, Éric Girard (CAQ) obtenait 39,5 pour cent des voix, tandis que le porte-étendard péquiste enregistrait un score de 32,6 pour cent. Le coup de sonde d’il y a quatre jours place le candidat Girard à 35,4 pour cent, contre 33,2 pour cent pour le représentant du Parti québécois. Le libéral Mathieu Huot récolte pour sa part 18,8 pour cent et la candidate de Québec solidaire, Manon Girard, arrive quatrième avec 6,3 pour cent des intentions de vote.

Le sondage a été réalisé auprès de 587 électeurs de Lac-Saint-Jean et comporte une marge d’erreur de 4,03%.

***

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, des données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.