François Legault

Legault veut alléger le fardeau fiscal des aînés, mais sans dire comment

Un gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) tenterait d’alléger le fardeau fiscal des personnes âgées, mais son chef François Legault a refusé dimanche de préciser comment.

Au dernier jour de la campagne, la CAQ tente une ultime offensive de séduction auprès d’un électorat crucial, souvent en bonne partie acquis aux libéraux.

M. Legault a constamment ciblé les «jeunes familles» dans cette campagne, mais alors que les sondages suggèrent qu’il est pratiquement à égalité avec le Parti libéral, il a ouvert son jeu en faveur des aînés tout en restant vague.

En mêlée de presse à Beauharnois dimanche midi, le chef de la CAQ a dit avoir été abordé par plusieurs aînés qui disent avoir du mal à «arriver» et demandent plus d’argent pour eux.

S’il devient premier ministre, M. Legault confierait la tâche à son éventuel ministre aux Finances.

«Est-ce qu’on peut en faire plus? Moi, je vais demander à mon ou ma ministre des Finances de regarder si c’est possible d’en faire plus pour le portefeuille des retraités.»

Quant à savoir quelle forme pourrait prendre un tel allégement fiscal, crédit d’impôt, déduction, etc., le chef caquiste est resté évasif et n’a pas répondu.

De leur côté, les libéraux avaient annoncé au début de septembre tout un bouquet de mesures fiscales dans le but de courtiser les aînés.

Entre autres, le PLQ propose que le plafond du revenu admissible pour bénéficier du crédit d’impôt pour travailleur d’expérience soit haussé de 1000 $, pour atteindre 12 000 $. Le gain annuel en crédit d’impôt est de 150 $ supplémentaires, pour un total de 1800 $.

Aussi, à partir de 70 ans, la valeur du crédit d’impôt en raison de l’âge serait bonifiée jusqu’à 200 $, pour un maximum de 670 $.

Une personne retraitée qui voudrait continuer à travailler sans être pénalisée par le fisc pourrait suspendre sa rente ou la reporter jusqu’à 75 ans. Sa rente pourrait ainsi être bonifiée de plus de 8,4 pour cent par an.