Pour son deuxième passage en région en deux semaines, le chef de la CAQ, François Legault, a visité le Vignoble Prémont en compagnie de son propriétaire, Dany Bergeron, la candidate caquiste dans Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, et le candidat caquiste dans Maskinongé, Simon Allaire.

Legault a confiance en son «dream team»

TROIS-RIVIÈRES — «Je suis confiant de gagner les quatre. C’est le dream team de la Mauricie.» Une semaine après sa visite à Trois-Rivières et dans Champlain, le chef de la CAQ, François Legault, était visiblement enthousiaste vendredi de fouler à nouveau le sol mauricien, qui s’annonce plutôt fertile pour son parti à la lumière des derniers sondages.

Entouré de ses candidats Simon Allaire, Sonia LeBel, Marie-Louise Tardif et Jean Boulet, et du député sortant dans Nicolet-Bécancour, Donald Martel, il a d’abord visité le Vignoble Prémont, à Sainte-Angèle-de-Prémont. «Les libéraux ne sont pas montrables en Mauricie avec le taux de taxes scolaires», a-t-il décoché comme flèche avant de plaider pour des emplois mieux rémunérés au plan économique.

Ensuite, M. Legault s’est rendu à la Maison Carpe Diem Centre de ressources Alzheimer, en compagnie de son candidat de Trois-Rivières, Jean Boulet. La directrice générale Nicole Poirier a profité de l’occasion pour leur faire connaître son besoin criant d’une aide financière récurrente de 1,6 million de dollars afin de mener à terme son projet d’un nouveau bâtiment.

«C’est notre chance ultime», a-t-elle lancé par rapport à cette opportunité de soutirer des engagements des différents partis en pleine campagne électorale. Et les réponses politiques sont d’autant plus urgentes que l’actuelle maison n’est plus aux normes.

«On doit s’y conformer avant décembre 2020. Sans financement gouvernemental additionnel, le projet de construction et d’agrandissement n’est pas viable», fait clairement savoir la fondatrice.

Interrogé à ce sujet, le chef caquiste s’est dit «prêt à regarder ça». «Il faut analyser les autres maisons au Québec», a-t-il confié au Nouvelliste.

Pour sa part, Jean Boulet croit qu’il s’agit d’un projet qui mérite d’être soutenu et appuyé. «On a réalisé au fil des années les bienfaits de l’approche Carpe Diem. Il y a plein de recherches universitaires qui démontrent que cela a engendré une diminution importante de l’utilisation de psychotropes, un plus grand soulagement des familles et une plus grande motivation du personnel. Ils veulent une nouvelle construction et des places supplémentaires, et créer un carrefour pour regrouper des services aux familles, une plateforme de répit et une équipe spécialisée pour répondre à des situations complexes», a-t-il commenté.

Le chef de la CAQ, François Legault, et les candidats de la région, ont rencontré la directrice générale de la Maison Carpe Diem, Nicole Poirier.

Ce dernier s’engage donc à plaider en faveur de ce dossier pour que Carpe Diem réalise sa mission «de façon totale et entière pour le bénéfice de la population et des personnes qui sont atteintes de la maladie d’Alzheimer».

«Mais j’ai besoin de voir la ventilation des chiffres. Je ne m’engagerai pas pendant la campagne électorale à dire: on est prêt à donner tant. À la CAQ, on parle d’utilisation efficace des fonds publics, et je veux qu’on le fasse après analyse. Ça me prend des plans d’affaires et des montages financiers. C’est un projet que je supporte, mais je ne dirais pas à quelle hauteur», précise M. Boulet.

Selon Mme Poirier, avec la subvention octroyée en 2004 par le gouvernement libéral, son équipe n’arrive plus à répondre au nombre croissant de demandes pour l’aide aux familles, l’accompagnement, le maintien à domicile, le répit et l’accueil de jour.

Or, non seulement Carpe Diem a fait l’acquisition du terrain adjacent à l’actuelle maison, mais le projet architectural est complété et son concept est adapté aux principes de l’approche Carpe Diem, qui est «reconnue et validée».

Le député libéral sortant dans Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, a tenu un point de presse devant la Maison Carpe Diem.

Jean-Denis Girard
Par ailleurs, la Société d’habitation du Québec a déjà annoncé la réservation de 32 unités pour le projet. Une information confirmée par le député libéral sortant dans Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, qui avait tenu un point de presse plus tôt en journée devant la maison.

«Il semble tout indiqué d’affirmer notre soutien à ce projet innovant qui s’inscrit en complémentarité aux services déjà offerts dans le réseau de la santé. Et je prends l’engagement de favoriser le déploiement de l’approche Carpe Diem afin de permettre aux personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée de vivre dans un environnement à dimension humaine», a-t-il déclaré.

Celui-ci se dit conscient des obstacles liés à l’adoption de nouveaux modèles de soins.

«Je souhaite me faire l’allié de Carpe Diem. Je veux faire reconnaître la nécessité d’entreprendre des actions concrètes afin d’introduire plus largement de nouvelles approches créatives et innovantes pour intervenir auprès des personnes en perte d’autonomie cognitive. Carpe Diem m’a fait part de son projet, il y a quelques mois, et je compte bien arriver rapidement à obtenir le soutien nécessaire à sa réalisation», a assuré M. Girard.