Les nouveaux députés de la CAQ en Outaouais: Mathieu Lévesque (Chapleau), Robert Bussière (Gatineau) et Mathieu Lacombe (Papineau).

La CAQ marque l'histoire en Outaouais

La Coalition avenir Québec (CAQ) vient de réussir là où toutes les autres formations politiques ont échoué depuis 1976 en effectuant une percée en Outaouais. La région comptera désormais trois députés au sein du gouvernement majoritaire de François Legault, ne laissant que Hull et Pontiac aux libéraux.

La vague caquiste qui a déferlé sur tout le Québec n’a pas épargné l’Outaouais. Exception faite de l’élection des péquistes Jean Alfred dans Papineau et Jocelyne Ouellette dans Hull en 1976, la région avait toujours voté rouge. La tradition vient d’être brisée, les électeurs de trois des cinq circonscriptions de l’Outaouais ayant choisi de tasser les libéraux de Philippe Couillard.

C’est l’ancien chef d’antenne de TVA Gatineau-Ottawa, Mathieu Lacombe, qui a obtenu la plus forte majorité de la CAQ dans la région, éclipsant ainsi le député libéral sortant, Alexandre Iracà.

L’ancien maire de La Pêche, Robert Bussière, aura passé moins d’un an hors de la politique active, sa défaite aux élections municipales remontant à novembre dernier. Le nouveau député caquiste occupera le siège que détenait la libérale Stéphanie Vallée dans Gatineau. Luce Farrell, qui a été l’attachée politique de Mme Vallée pendant plusieurs années, n’a pas réussi à se faire élire dans cette circonscription où le Parti libéral du Québec (PLQ) avait obtenu près de 62 % des appuis en 2014.

Dans Chapleau, la lutte a été serrée entre le caquiste Mathieu Lévesque et le libéral sortant, Marc Carrière. M. Lévesque a finalement montré la porte à son adversaire libéral, qui sollicitait un quatrième mandat. Avocat de formation, Mathieu Lévesque vient de revenir en Outaouais — où il a grandi — après avoir passé une décennie dans la région de Montréal.

Le PLQ, qui devra se contenter du rôle d’opposition officielle à l’Assemblée nationale, ne compte désormais que deux élus en Outaouais. André Fortin, qui avait été nommé ministre des Transports au cours du dernier mandat, a facilement été réélu dans Pontiac. Sa majorité a toutefois fondu par rapport à 2014, entre autres en raison de la performance de la caquiste Olive Kamanyana.

Sa collègue Maryse Gaudreault a eu la tâche moins facile dans Hull, où la caquiste Rachel Bourdon la talonnait dès la sortie des premiers résultats. L’écart s’est toutefois creusé peu à peu, laissant la victoire à Mme Gaudreault qui obtient donc un cinquième mandat de députée.

Le PQ à la traîne

Le Parti québécois a pour sa part terminé la soirée avec de très faibles résultats, ses candidats terminant au quatrième rang dans toutes les circonscriptions de la région. Québec solidaire n’aura aucun député en Outaouais, mais le parti de gauche aura quand même réussi à se hisser au troisième rang dans les cinq circonscriptions. Seul le candidat Benoit Renaud dans Hull avait aussi bien fait en 2014.

Les promesses de la CAQ

Le gouvernement que formera la CAQ aura du pain sur la planche en Outaouais. Avant même le déclenchement de la campagne électorale, le chef François Legault était débarqué dans la région pour promettre la construction d’un nouvel hôpital « d’un minimum de 170 lits ». Il s’est engagé à « sauter des étapes » pour que ce projet se réalise d’ici cinq ans.

En raison de la concurrence de la rive ontarienne, il a également promis de revoir à la hausse « les primes, autant pour les infirmières que pour les médecins » œuvrant en Outaouais.

En se gardant bien d’évoquer un calendrier précis, le premier ministre élu s’est aussi engagé, lors d’une visite dans la région, à réaliser l’élargissement de l’autoroute 50 à quatre voies sur toute sa longueur selon « l’échéancier le plus rapide » que pourra élaborer le ministère des Transports. La CAQ a promis que d’ici à ce que l’élargissement soit terminé, diverses mesures visant à « sécuriser » l’autoroute seront mises en place, et ce « à court terme ».

Pedneaud-Jobin réagit

Par voie de communiqué, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a félicité François Legault en l’assurant de sa « pleine et entière collaboration pour faire avancer les dossiers » régionaux. Il a aussi félicité les cinq candidats ayant été élus dans la région, tout en saluant « le travail et l’écoute » du gouvernement de Philippe Couillard, entre autres pour les « gains importants en matière d’autonomie » pour les villes.