La candidate libérale Gertrude Bourdon et le chef Philippe Couillard

Gertude Bourdon veut «travailler» avec les médecins

Celle qui est désignée pour diriger le ministère de la Santé dans un gouvernement libéral réélu, Gertrude Bourdon, se défend de «taper sur la tête» des médecins de famille.

En entrevue au Soleil, jeudi après-midi, la candidate libérale dans Jean-Lesage a dit vouloir «jaser avec nos médecins» pour «comprendre».

À LIRE AUSSI: Le PLQ promet d’être «plus ferme» avec les médecins

«Ce que je dis, comme future ministre de la Santé, c’est que je veux comprendre c’est quoi les difficultés. La cible de 85 % [d’inscription à un médecin de famille] reste bonne, la population s’attend à ça. Mais s’il y a des écueils, des raisons qui font que certains secteurs, certains territoires ont de la misère à atteindre la cible; je vais vouloir bien les comprendre. […] Je veux travailler avec eux [les médecins] pour qu’on puisse atteindre nos cibles. Il n’est pas question de taper sur la tête de personne», a assuré Mme Bourdon.

Plus tôt en avant-midi, en Beauce, la candidate libérale avait pourtant prévenu qu’elle agirait «avec fermeté» à l’endroit des médecins de famille qui traînent la patte au chapitre de la prise en charge de patients. «On ne peut pas toujours [tout] remettre aux calendes grecques. Les ententes ont été signées et négociées», a-t-elle déclaré en conférence de presse à Saint-Georges, aux côtés de Philippe Couillard.

Questionnée sur ce qui pourrait être fait, selon elle, pour atteindre la fameuse cible de 85 %, Gertrude Bourdon est restée prudente, comme elle l’a été tout au long de notre entretien. «J’ai des idées, mais je vais attendre qu’ils [les médecins de famille] me le disent», a-t-elle dit, évoquant des «assouplissements dans l’octroi des postes, dans l’embauche ou dans le transfert de personnel». «Il peut y avoir plusieurs raisons [qui font que la cible n’est pas atteinte]. On sait aussi que nos omnipraticiens ont augmenté leur couverture dans les CHSLD...», a avancé Mme Bourdon.