Appelé à réagir à la promesse de la CAQ d’étendre au Québec le projet-pilote de chirurgie au privé, le ministre Gaétan Barrette a souligné, par la voie de son attachée de presse Catherine W. Audet, que le parti de François Legault n’avait «rien de nouveau à proposer».

Chirurgies au privé à Québec: les libéraux ne ferment pas la porte

Le Parti libéral du Québec (PLQ) n’exclut pas d’étendre à Québec le projet-pilote de chirurgie au privé, comme la Coalition avenir Québec (CAQ) s’est engagée à le faire en fin de semaine.

Invité à réagir à la proposition de la CAQ, Gaétan Barrette n’a pas manqué de souligner, par la voie de son attachée de presse, Catherine W. Audet, que la CAQ n’avait «rien de nouveau à proposer, ne serait-ce que de faire de l’appropriation politique avec nos projets».

«Nous sommes favorables à toutes les mesures qui permettent de diminuer les listes d’attente en chirurgie», a rappelé Mme Audet dans une déclaration écrite transmise au Soleil

«Ceci dit, nous sommes actuellement dans un projet-pilote afin de tester les effets de cette façon de faire et déterminer les coûts par parcours de soins pour certains types de chirurgie. Nous allons commencer par terminer le projet-pilote et mesurer les avantages avant de nous engager à l’étendre», a-t-elle ajouté, précisant que la fin du projet-pilote était prévue pour 2019.

Dimanche, la CAQ a promis d’étendre à Québec le projet-pilote de chirurgie au privé afin d’offrir gratuitement certains soins chirurgicaux aux patients de la capitale et de six autres régions (Bas-Saint-Laurent, Mauricie-Centre-du-Québec, Gaspésie, Côte-Nord, Saguenay Lac-Saint-Jean et Chaudière-Appalaches). En date du 23 juin, 1219 patients de ces régions étaient en attente d’une chirurgie mineure depuis plus de six mois, selon la CAQ.

Selon le PQ, qui a réagi dimanche à l’engagement de la CAQ, il vaudrait mieux prolonger les heures des blocs opératoires au public plutôt que de se tourner vers le privé. 

Projet pilote

Le projet-pilote sur le financement à l’activité (ou axé sur le patient) mis en place en 2016 par le gouvernement Couillard permet à des patients d’être opérés gratuitement dans trois cliniques privées de la région de Montréal et des environs, soit la Clinique de chirurgie DIX 30, le Centre de chirurgie Rockland MD et le Groupe Opmédic à Laval. Un profit de 10 % est versé à la clinique sur chaque intervention. 

À l’annonce du projet, le ministre Barrette s’était défendu de vouloir privatiser les activités de chirurgie. 

«Le projet-pilote vise à évaluer les coûts par cas pour les chirurgies et les procédures sous scopie. Contrairement à ce que certains évoqueront, il ne s’agit pas ici de tendre vers une privatisation de ces activités, mais plutôt d’aller chercher le maximum d’informations cliniques et financières qui permettront de meilleures bases comparatives dans le réseau public», avait-il affirmé, tout en soulignant que le projet avait aussi comme objectif de réduire les listes d’attente pour les patients de la Montérégie, de Montréal, de Laval, des Laurentides et de Lanaudière.

En mars, Le Soleil rapportait que Québec avait accordé 18 millions $ en 20 mois aux trois cliniques, soit presque trois fois plus que le budget prévu (4 millions $ par année). «Le budget de 4 millions $ était une estimation annuelle, qui peut fluctuer en fonction du volume», avait indiqué une porte-parole du ministère de la Santé, Noémie Vanheuverzwijn, pour expliquer cette explosion du budget.

Comme le projet-pilote se finance à partir de l’enveloppe du programme d’accès à la chirurgie, «des montants auraient été déboursés pour chacun des patients s’ils avaient été opérés au public», avait précisé Mme Vanheuverzwijn.