En 2018, 47 % des candidats aux élections sont des femmes, un record dans l’histoire du Québec. Un récent débat autour du thème de la santé a projeté le reflet de cette réalité alors que les personnes représentant les quatre principaux partis étaient toutes des femmes : Vanessa Roy (QS), Gertrude Bourdon (PLQ), Diane Lamarre (PQ) et Danielle McCann (CAQ).

Candidatures aux élections: plus de femmes, moins de jeunes

Les jeux sont faits. C’est ce samedi qu’Élections Québec ferme la période de mise en candidature en vue du 1er octobre. Tous les partis représentés à l’Assemblée nationale ont maintenant complété leur équipe de 125 candidats. Celles-ci comprennent cette année une proportion plus grande de femmes, mais pas tant de jeunes de moins de 40 ans. Le Soleil vous propose une vue d’ensemble de ceux qui aspirent à être élus.

Nombre de femmes

PLQ 55 

PQ 50

CAQ 65 

QS 65 

Tous les partis avaient comme objectif d’atteindre la zone de parité dans leurs candidatures (40 % de femmes) et ils y sont parvenus. En tout, 47 % des personnes qui veulent devenir députés à l’Assemblée nationale sont des femmes, un record dans l’histoire du Québec. 

En 2014, il y avait 30 % de candidatures féminines. Une réalité qui a grandement réjoui l’ex-première ministre Pauline Marois cette semaine. Reste maintenant à savoir le pourcentage de femmes qui seront réellement élues et qui occuperont des postes de ministre. Les chefs de partis actuels se sont tous engagés à former un conseil des ministres paritaire. 

Nombre de jeunes (40 ans et moins)

PLQ 45

PQ 38

CAQ 25

QS 69

Cette année, les moins de 40 ans représentent 35 % des candidats aux élections chez les quatre principaux partis. Ceux qui espèrent un changement générationnel au sein de la classe politique seront peut-être déçus, car les candidats milléniaux ne sont pas si nombreux. En 2014, 44 % des candidats — incluant les indépendants et ceux des tiers partis —, avaient moins de 40 ans. 

C’est Québec solidaire et le Parti libéral qui ont fait le plus de place aux jeunes candidats. Le Parti québécois est tout de même le parti qui présente le plus jeune candidat : Yohann Beaulieu, 18 ans, qui se présente dans Lotbinière-­Frontenac. Mais c’est Québec solidaire, dont plus de la moitié des candidats sont jeunes, qui présente la candidate la plus âgée. Il s’agit d’Élisabeth Germain, 73 ans, qui se présente dans Charlesbourg. 

Nombre de candidats nés à l’extérieur du Canada

PLQ 12

PQ 9

CAQ 14

QS 22

C’est chez Québec solidaire que les candidats immigrants sont les plus nombreux. On aurait pu s’attendre à ce que le Parti libéral, qui prône l’augmentation des seuils d’immigration, en recrute davantage. Il en présente toutefois un peu moins que la Coalition avenir Québec. En tout, 11 % des candidats des quatre principaux partis sont nés à l’extérieur du Canada. Comme Élections Québec ne comptabilise pas ce type d’information, il est difficile de faire une comparaison avec 2014. 

Le PLQ, la CAQ et le PQ n’ont pas de candidat autochtone dans leurs rangs. Afin de représenter la diversité québécoise, Québec solidaire présente Alisha Tukkiapik, une Inuite, dans la circonscription d’Ungava, qui couvre tout le nord du Québec. À Québec, l’Inuite Mona Belleau se présente pour le Nouveau parti démocratique du Québec dans Chauveau, une circonscription qui englobe la communauté huronne-wendate de Wendake. Ces deux candidates espèrent devenir les premières femmes autochtones à siéger à l’Assemblée nationale. 

LIRE AUSSI : Liste des candidats de la grande région de Québec à la prochaine élection provinciale

***

LES TIERS PARTIS PRENNENT DU GALON

Des plus petits partis tentent de prendre de l’ampleur à cette élection-ci, ayant travaillé fort pour présenter des candidats dans toutes les circonscriptions. Aucun de ces partis n’a réussi à le faire, mais quelques-uns s’en approchent, et pourraient jouer les trouble-fête dans certaines circonscriptions en divisant le vote. 

Le Parti conservateur du Québec, dirigé par Adrien Pouliot, a 115 candidats sur les rangs, soit le nombre le plus élevé de son histoire. Le Parti vert, dont le chef est Alex Tyrrell, a atteint le nombre de 105 candidats cette année. Raphaël Fortin, à la tête du Nouveau parti démocratique du Québec (NPDQ), un parti tout neuf, a rallié 60 candidatures. Enfin, Citoyens au pouvoir, dirigé par le Lévisien Stéphane Blais, annonce 59 candidats.