Après 39 jours de campagne, c’est maintenant aux citoyens de trancher.

Élections 2018: aux citoyens de trancher

TROIS-RIVIÈRES — Les dés sont-ils jetés? Pas tant que les électeurs n’auront pas dit leur dernier mot. Et c’est dans l’isoloir armés de leur petit crayon de plomb qu’ils mettront fin, lundi, à l’affrontement qui déchire les différents partis depuis 39 jours.

Majoritaire ou minoritaire? Libéral ou caquiste? Le Parti québécois va-t-il surprendre ou s’effondrer? Québec solidaire va-t-il faire le plein de nouveaux appuis? En Mauricie, qui est rouge d’un bout à l’autre, les députés vont-ils réussir à sauver leur peau? La région va-t-elle être emportée par une vague caquiste? Le suspense tire maintenant à sa fin et c’est aux citoyens de trancher.

Dans les cinq circonscriptions desservies par Le Nouvelliste, ce sont près de 255 000 électeurs qui sont invités à se rendre aux urnes. Toutefois, environ 20 % d’entre eux ont déjà exercé leur devoir de citoyen dans le cadre du vote par anticipation. À Trois-Rivières, c’est même 23,49 % des électeurs qui ont voté.

Pour ceux qui restent, lundi est le jour J. De 9 h 30 à 20 h, les électeurs pourront exprimer leur point de vue dans l’un des 694 bureaux de vote répartis dans 145 lieux de votation en Mauricie et dans Nicolet-Bécancour. Notons que dans l’ensemble de la province, pas moins de 84 000 personnes, dont environ 3500 dans la région, sont à pied d’œuvre, lundi, pour veiller au bon déroulement de cette élection.

Trente-cinq candidats croisent le fer dans les cinq circonscriptions de la région, soit 23 hommes et 12 femmes. En Mauricie, le paysage électoral a déjà changé du moins géographiquement. En effet, une circonscription a été tout simplement rayée de la carte entraînant avec elle le départ de la ministre régionale Julie Boulet, évitant du même coup un choc frontal entre elle et son frère Jean Boulet qui défend la CAQ dans Trois-Rivières.

Avec ce redécoupage très mal accueilli dans la région, Laviolette-Saint-Maurice est née des cendres d’une partie des anciennes circonscriptions de Laviolette et de Saint-Maurice, ce qui en fait maintenant le troisième plus grand comté au Québec. Avec le départ de Julie Boulet, le député sortant du défunt comté de Saint-Maurice, Pierre Giguère, a les coudées franches pour régner sur le centre de la Mauricie. Mais pour cela, il doit d’abord avoir le dessus sur ses adversaires dont la directrice générale du parc de l’Île-Melville, à Shawinigan, Marie-Louise Tardif, qui se présente pour la CAQ et la vice-présidente à la FIQ-SPSMCQ, l’infirmière syndicaliste Jacynthe Bruneau, qui est sur les rangs du PQ. Christine Cardin de Québec solidaire, Jacques Gosselin de Citoyens au pouvoir du Québec et Ugo Hamel du Parti conservateur du Québec tenteront aussi d’obtenir la faveur populaire.

En 2014, Julie Boulet avait obtenu la plus forte majorité dans la région avec 6930 voix sur le Parti québécois dans Laviolette. Dans Saint-Maurice, Pierre Giguère avait obtenu 653 voix de plus que le candidat du Parti québécois.

À Trois-Rivières, le député sortant, Jean-Denis Girard croise le fer notamment avec Jean Boulet qui, à la surprise de plusieurs, s’est présenté pour la CAQ. L’ancienne conseillère municipale Marie-Claude Camirand défend les idées du Parti québécois. Les autres candidats sont Valérie Delage de Québec solidaire, Daniel Hénault du Parti conservateur et Adis Simidzija, du Parti vert.

Jean-Denis Girard avait obtenu une majorité de 3206 voix sur le candidat du Parti québécois en 2014.

Dans Champlain, qui a hérité d’une partie de l’ancienne circonscription de Laviolette, le député sortant Pierre Michel Auger fait face à une adversaire de taille en Sonia LeBel ex-procureure en chef de la Commission Charbonneau. Présentée comme une candidate-vedette par la CAQ, son nom est même déjà avancé pour le poste de vice-première ministre d’un gouvernement sous François Legault. Les libéraux lui reprochent d’avoir été parachutée dans la région. Le neveu de Félix Leclerc, Gaétan Leclerc, défend les couleurs du PQ. Stéphanie Dufresne représente le Parti vert, Pierre-Benoit Fortin le Parti conservateur, Éric Gauthier l’Équipe autonomiste, Anthony Rouss le Bloc pot et Steven Roy Cullen Québec solidaire.

En 2014, Pierre Michel Auger avait remporté l’élection avec une majorité de 1046 voix sur la CAQ.

Marc H. Plante tentera de conserver la circonscription de Maskinongé dans le giron libéral. Ancien directeur général du CLD de la MRC de Maskinongé, Simon Allaire de la CAQ essaiera de le devancer à la ligne d’arrivée, lui qui a fait les manchettes en raison de ses infractions au Code de la sécurité routière. Le Parti québécois est représenté par Nicole Morin, Québec solidaire par Simon Piotte et le Parti vert par Amélie St-Yves. Maxime Rousseau se présente sous la bannière du Parti conservateur et Alain Bélanger sous celle de Citoyens au pouvoir du Québec. L’ancien joueur des Alouettes Jonathan Beaulieu Richard brigue les suffrages comme indépendant.

Marc H. Plante avait reçu l’appui de 3812 personnes de plus que le candidat caquiste en 2014.

Seul face à une Mauricie peinte en rouge, le caquiste Donald Martel espère avoir du renfort à la suite de cette élection. Il sollicite un troisième mandat dans la circonscription Nicolet-Bécancour. Il affronte Lucie Allard, du Parti québécois, Blak D. Blackburn du Bloc pot, Marie-Claude Durand du Parti libéral, Vincent Marcotte du Parti vert, Jessie Mc Nicoll du Parti conservateur et François Poisson de Québec solidaire.

Lors des élections 2014, la majorité de Donald Martel était de 3130 voix sur le candidat du Parti libéral.

Pour exercer son droit de vote, il faut présenter une pièce d’identité et avoir le visage découvert. Les documents acceptés sont le permis de conduire du Québec, la carte d’assurance maladie du Québec, le passeport canadien, le certificat de statut d’Indien ou la carte d’identité des Forces armées canadiennes. La loi prévoit que les employeurs doivent accorder au moins quatre heures consécutives à son personnel pendant les heures d’ouverture des bureaux de vote pour aller voter. Pour que le vote soit valide, il suffit de faire une marque dans un seul des cercles avec le crayon remis par le personnel. Toute marque permettant de déterminer clairement un choix est acceptée.