La réflexion autour de l’avenir de l’église Saint-Zéphirin vient de connaître une nouvelle étape à La Tuque.

Église Saint-Zéphirin à La Tuque: «On veut tous garder le bâtiment»

LA TUQUE — «Le bâtiment, on veut tous le garder». Voilà le grand constat qui découle de la troisième et dernière soirée de consultation publique qui avait lieu le week-end dernier à La Tuque au sujet de l’avenir de l’église Saint-Zéphirin.

À cette occasion, les différents comités ont fait rapport de leurs travaux. Et celui chargé de se pencher sur la mission recommande «de demeurer visible auprès des paroissiens».

«L’église peut encore accompagner la mission. Quand tu regardes le profil des paroissiens, on n’a pas besoin d’un si grand espace à long terme. Bien qu’on comprenne l’importance du bâtiment pour les citoyens, il ne faudrait pas mettre tout l’argent dans le bâtiment au détriment de la mission. Après, c’est à nous, les marguilliers, de prendre les décisions», explique la porte-parole, Sylvie Girard.

Si le comité de restauration n’a pu poursuivre ses travaux durant l’été, celui relatif au financement a soumis plusieurs propositions. «Aucun des projets ne permet de financer les travaux associés à l’église à long terme. Aucun des projets à lui seul ne pourrait garantir la survie de l’église. Cependant, on est arrivé à un constat: le bâtiment, on veut tout faire en sorte de le garder, mais ce n’est pas seulement l’affaire des paroissiens. C’est une histoire de l’ensemble des citoyens», affirme-t-elle.

D’ailleurs, les marguilliers ont demandé aux paroissiens la possibilité de travailler avec l’ensemble des citoyens. Or, en parallèle, «à cause de la mobilisation et de la préoccupation» un comité de citoyens a justement vu le jour et celui-ci a présenté un projet de gestion du bâtiment.

«Ils nous proposent de faire un comité mixte avec les marguilliers pour voir ensemble comment on pourrait assurer la survie financière de l’église», rapporte Mme Girard.

Celle-ci admet ne pas savoir «comment la suite des travaux va aller». «Dans le fond, ce qu’on sait, et ce qu’on ne savait pas, c’est qu’on va tous travailler pour garder l’église, et ce, pas pour cinq ans, mais à vie. C’est inévitable, on va avoir besoin de la collaboration de tous les citoyens, y compris Ville de La Tuque», a-t-elle laissé entendre.

La prochaine étape? La rencontre régulière des marguilliers prévue le 20 septembre. «On va faire le tri des différentes recommandations. Ça nous donne assez de matériel pour réfléchir. On va vraiment se donner un plan de match pour la prochaine année, pour travailler dans ce sens-là. Je pense que le comité mixte sera bien accueilli au comité des marguilliers. Il n’y a vraiment plus de fermeture dans notre discours. On met tout en oeuvre pour conserver l’église», conclut Mme Girard.