L’église Saint-Paul du secteur Grand-Mère doit subir d’importants travaux d’entretien.

Église Saint-Paul du secteur Grand-Mère: mobilisation autour d’un entretien coûteux

Shawinigan — Alors qu’on en est à boucler les derniers détails administratifs autour des travaux qu’avait engendrés le dégât d’eau causant de coûteux dommages à l’église Saint-Paul du secteur Grand-Mère en 2016, la communauté fait maintenant face au défi d’entretenir un bâtiment en mal de soins.

À court terme, c’est 50 000 $ que l’on doit trouver pour effectuer des réparations sur des petites toitures de côté et une descente d’escalier où le plâtre qui s’effrite peut nuire à la sécurité des gens qui y circulent.

On se rappellera que l’église Saint-Paul avait subi un important dégât d’eau en décembre 2016. Les fidèles avaient dû se rabattre au sous-sol pour célébrer la messe durant les travaux de réfection. Les célébrations des différents sacrements ont quant à elles été interrompues pendant plus d’un an. Cette trêve d’activités a occasionné des pertes financières additionnelles substantielles à prendre en compte dans un budget déjà mis à mal.

Si les assurances avaient été au rendez-vous pour couvrir une large part des frais occasionnés par le sinistre, la communauté devait néanmoins combler un manque à gagner important. Une campagne de financement avait alors été lancée dans l’espoir d’amasser une somme de 250 000 $.

Aujourd’hui, alors qu’on boucle la boucle sur le triste évènement, Françoise Saint-Hilaire, du Comité économique de l’église Saint-Paul, explique qu’on fait face à de nouvelles difficultés. En plus de devoir entretenir l’imposant bâtiment, on doit également composer avec des dégâts additionnels occasionnés par la fermeture prolongée de l’église. Le fait d’avoir moins chauffé l’église au cours de cette période aurait en effet eu de moins heureuses conséquences.

Spectacle-bénéfice

Afin d’amasser une partie des sommes requises pour venir à bout du «carnet de santé» de l’église, Mme Saint-Hilaire souligne que la communauté organise deux spectacles-bénéfices chaque année. Le prochain doit avoir lieu ce 23 février, à 20 h. À l’occasion du mois de la Saint-Valentin, on pourra ainsi entendre le spectacle intitulé Les plus belles années de Joe Dassin, présenté par l’artiste Jape Careno. On indique que les billets, au coût de 20 $, sont en vente au secrétariat de l’église Saint-Paul ou au Centre d’action bénévole de Grand-Mère.

Les spectacles-bénéfices font partie de la stratégie globale de collecte de fonds du Comité économique de l’église Saint-Paul. Si les sommes à amasser sont importantes, Françoise Saint-Hilaire se félicite de pouvoir compter sur la générosité et l’implication d’un nombre important de bénévoles et de donateurs. Quant aux nombreux défis que représente l’entretien de l’église, elle mentionne avec confiance que «si le Seigneur veut que ça continue, il va nous aider».

Les paroissiens sont par ailleurs en attente d’une réponse à une demande de subvention déposée au programme Nouveaux Horizons pour les aînés. Cette mesure du gouvernement fédéral vise notamment à rehausser le bien-être social des aînés et le dynamisme communautaire. Le Comité économique de l’église Saint-Paul espère recevoir une réponse positive d’ici le mois prochain. Le montant maximal octroyé peut atteindre 25 000 $.