De gauche à droite: Sonia Gaudreault, directrice des études au Collège Laflèche, Marika Gagnon du ministère de l'Économie, Science et Innovation, Denis Côté, représentant du député Jean-Denis Girard, Nancy Mignault directrice générale de Technoscience Mauricie et Éric Rabouin, professeur de mathématiques, costumé pour la présentation.

Quel est donc le sexe de la science?

L'équipe du Centre de démonstration en sciences du Collège Laflèche a toujours eu un intérêt tout particulier à promouvoir la science auprès des jeunes filles.
Elle rêvait de faire un atelier original qui ferait bien plus que de parler des modèles de femmes ayant réussi dans les domaines de la science et du génie.
Or, l'établissement vient de recevoir une subvention de 70 000 $ du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation afin de concrétiser son projet baptisé La science a-t-elle un sexe?
C'est que les livres de science ont été principalement rédigés par des hommes, indique Sonia Gaudreault, directrice des études.
Le récit scientifique, dit-elle, recèlerait de ce fait «certaines conceptions typiquement masculines» et si les femmes avaient pris plus de place dans ce secteur, «la science ne serait pas aussi neutre qu'elle le prétend», fait-elle valoir.
La direction du Collège a donc confié un mandat de recherche, de conception et de présentation d'ateliers-conférences à deux de ses enseignants, Martin Lepage, en chimie et Éric Rabouin, en mathématiques.
Ils auront pour mission de développer un contenu et d'animer des ateliers dans les écoles.
À ces expertises, un comité de validation scientifique a été créé avec des professeurs-chercheurs de l'UQTR, de l'UQAM, de l'Université de Sherbrooke et du Collège Laflèche.
On veut rejoindre 1000 jeunes de la région avec ces ateliers-conférences, plus particulièrement ceux du 3e cycle du primaire et du 1er cycle du secondaire.