L'usine Kruger Trois-Rivières s'associe au Cégep de Trois-Rivières afin d'assurer une relève de sa main-d'oeuvre au cours des cinq prochaines années.

Kruger s'associe au Cégep pour former de la relève

Après avoir vu son personnel fondre de 60 % en l'espace de cinq ans seulement, voilà que Kruger Trois-Rivières a pris les grands moyens pour assurer une relève qui permettra de combler près d'une centaine de possibles départs à la retraite d'ici les cinq prochaines années. La multinationale a en effet décidé de s'associer au Cégep de Trois-Rivières afin de relancer l'Attestation d'études collégiales en Production de pâtes et papier dès l'automne prochain.
Selon le directeur des ressources humaines de l'usine trifluvienne, Marc Tremblay, de 80 à 90 employés devraient prendre leur retraite d'ici cinq ans. Cette projection a donc incité Kruger à amorcer des démarches avec le Cégep pour remettre en branle le programme d'études qui avait formé de nombreux opérateurs entre 1999 et 2008. «On va effectivement avoir besoin de main-d'oeuvre», lance-t-il.
Jeudi soir, les deux partenaires vont d'ailleurs tenir une rencontre d'information, dès 18 h 30 au Cégep de Trois-Rivières (local SA-3035 du pavillon des Sciences), afin de présenter les grandes lignes de ce programme d'études qui pourra accueillir jusqu'à un maximum de 24 étudiants à compter du 25 août prochain.
Même si certains pourraient penser que ce besoin de main-d'oeuvre est directement lié à l'arrivée du nouveau procédé de filaments de cellulose chez Kruger, le directeur des ressources humaines préfère tempérer les attentes envers cette technologie. Il précise néanmoins que les prochaines vagues de départ à la retraite sont prévues en 2015.
«Notre usine va relativement bien. On a fait des annonces récemment à propos d'un nouveau procédé qui sera très bon pour le futur. On regarde à long terme et on s'aperçoit qu'on va avoir un besoin. Par contre, c'est trop récent (pour tirer des conclusions du procédé) et ça demeure un projet-pilote. Il faudra voir dans le futur ce que ça peut nous donner. C'est certain que c'est très positif pour notre organisation», indique-t-il, tout en précisant que près de 300 personnes travaillent présentement chez Kruger Trois-Rivières.
Malgré la relance de ce programme en pâtes et papiers, celui-ci ne vient pas faire concurrence ou encore signer l'arrêt de mort définitif au cours technique qui est suspendu depuis quatre ans, faute d'inscription.
Contrairement au DEC, qui dure trois ans, l'attestation s'étalera sur 1380 heures réparties en moins d'une année au cours de laquelle il y aura quatre sessions, dont 17 cours et deux stages de 120 heures chacun. De plus, la formation sera adaptée à la réalité des installations de Kruger Trois-Rivières ainsi qu'à ses diverses machines.
«C'est une formation qui permet de former des gens spécialisés au niveau des opérations de production», souligne Luc Fitzback, responsable du programme au service de la formation continue et aux entreprises au Cégep de Trois-Rivières.
Par ailleurs, voilà maintenant deux ans que l'établissement d'enseignement collégial trifluvien est associé au Cégep de Saint-Félicien afin d'offrir une formation semblable pour préparer une relève chez Produits forestiers Résolu, également confrontée à de nombreux départs à la retraite dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Tous les détails concernant l'Attestation d'études collégiales en Production de pâtes et papiers sont disponibles au www.formation-mauricie.ca. Les personnes intéressées par le programme peuvent se manifester auprès des responsables en contactant le819 378-4911 ou encore par courriel au reception.sfc@cegeptr.qc.ca.