Marylène Ménard, présidente du Comité d’agrandissement de l’école.

École Notre-Dame: une rencontre avec la ministre Julie Boulet

Notre-Dame-du-Mont-Carmel — Deux membres du Comité d’agrandissement de l’école Notre-Dame, Marylène Ménard et Julie Régis, de même que le maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Luc Dostaler et le directeur de l’école Notre-Dame, Clément Pratte, ont rencontré la ministre régionale, Julie Boulet, mardi matin, afin de discuter de l’agrandissement de l’école tel que demandé par les parents et la communauté.

Mme Ménard, la présidente du Comité, indique que la ministre régionale s’est montré «très réceptive, à l’écoute et compréhensive», face aux besoins exprimés par la communauté.

Le Comité a recueilli, jusqu’à présent, quelque 2000 signatures en faveur de ce projet.

De son côté, le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, entend compléter deux dossiers avant la prochaine campagne électorale, soit celui de l’école primaire Notre-Dame et celui de l’urgence de Shawinigan-Sud.

Pour ce qui est de l’urgence, le projet de 50 millions $ fera l’objet «de bonnes nouvelles d’ici les prochaines semaines», dit-il.

Le député semble optimiste aussi, face au dossier de l’école. Rappelons qu’au cours des dernières semaines, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a fait pleuvoir des millions $ pour la rénovation et l’entretien des bâtiments scolaires du Québec. Le comté de M. Giguère a reçu 8 millions $ à cet effet.

D’autres montants provenant d’une autre enveloppe budgétaire sont à venir. Le député précise que le financement pour la construction et l’agrandissement des écoles sera annoncé à la fin de mai ou au début de juin. C’est à ce moment-là qu’on saura si les parents de Notre-Dame-du-Mont-Carmel verront leur souhait le plus cher être exaucé.

«Sébastien (Proulx) est au courant», assure M. Giguère. «Il nous attend.»

Aucune date de rencontre n’a encore été déterminée, précise-t-il, mais dès que la pétition lancée par le comité de parents sera prête, M. Giguère entend faire en sorte que cette dernière soit déposée au ministre ainsi qu’à l’Assemblée nationale au cours de la même journée.

M. Giguère dit avoir à cœur les deux dossiers qui lui restent. Le député n’a toutefois toujours pas pris de décision au sujet de son avenir politique. Rappelons que la Commission de la représentation électorale a décidé de fusionner le comté de Laviolette et de Saint-Maurice. Le Parti libéral du Québec a choisi Julie Boulet pour le représenter dans le nouveau comté fusionné lors des prochaines élections.

M. Giguère, qui est producteur bovin, se donne encore quelques semaines avant d’annoncer s’il poursuivra sa carrière politique ou non. «Il n’est pas question de me représenter ailleurs qu’en Mauricie», réitère-t-il en ajoutant que l’implication politique a des impacts sur la famille.