À l'arrière, Diane Boily, agente de développement à l'école Louis-de-France, Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé, Bernard Thompson, préfet de la MRC de Mékinac, Maryse Côté, directrice de l'école, Norman Houle, directeur au ministère de l'Agriculture, Martin Magny, président de la Fondation Trois-Rivières pour un développement durable, Claude Lessard, président de la CS du Chemin-du-Roy. À l'avant, Eloi Lord, Gabriel Forest, Emma Plante et Ariane Dubé.

École Louis-de-France: plus verte que jamais!

Un nouveau projet de valorisation de l'agroalimentaire a pris son envol à l'école Louis-de-France à Trois-Rivières.
Intitulé «L'école Louis-de-France, plus verte que jamais!», ce projet s'inscrit dans la lignée du programme «L'agroalimentaire s'invite à l'école» et va s'échelonner sur trois ans.
Il aura d'ailleurs contribué à mobiliser tant l'école, les membres de la communauté que plusieurs partenaires des domaines de l'agriculture, de l'agroalimentaire et du développement durable.
La Fondation Trois-Rivières pour un développement durable, qui est un partenaire important de l'école dans l'accomplissement de ce projet, a d'ailleurs reçu une subvention de 50 000 $ du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et une contribution financière de 20 000 $ du Plan de développement de l'agriculture et de l'agroalimentaire en Mauricie.
L'école peut aussi compter sur le soutien financier de nombreux autres partenaires. 
Le programme, qui en est à sa première phase d'implantation, incite les élèves à s'impliquer dans des activités concrètes de culture maraîchère allant des semis à la récolte, à participer à des activités thématiques portant sur l'origine des aliments, leur production et leur transformation. Un volet nature et environnement complète ce programme. 
Il est vrai que le jardinage scolaire est de plus en plus présent dans le milieu de l'éducation et l'école Louis-de-France entre dans ce mouvement en implantant des espaces de jardinage à son environnement.