On aperçoit ici l'accueil des étudiants qui a été fait vendredi au Collège Laflèche, tandis que les cours débutent lundi dans les trois collèges de la région.

Déjà la rentrée au collégial

Ce sera jour de la rentrée d'automne, ce lundi, pour 6568 étudiants de niveau collégial en Mauricie.
Les collèges du Québec subissent encore, cette année, les effets du creux démographique. Malgré tout, on s'en tire assez bien dans la région. Le Cégep de Trois-Rivières accueille en effet 4113 étudiants, soit un peu plus que l'an dernier (4020) à pareille date. Au Collège Laflèche, en date du 17 août, on comptait sur 1206 étudiants. C'est une hausse de 10 étudiants par rapport à l'année précédente alors le ministère prévoyait plutôt une baisse de 6 % des effectifs dans cet établissement. Le ministère prévoyait aussi une baisse de 7 % des étudiants au Collège Shawinigan, mais c'est plutôt avec un nombre d'étudiants presque identique à l'an dernier que s'amorce l'année, soit 1249.
Le directeur du Collège Shawinigan, Guy Dumais, fait valoir que son établissement a travaillé très fort pour contrer la baisse démographique. «On rayonne. On est présent presque partout. On est sur toutes les tables», dit-il, fier aussi du succès des bourses de mobilité interrégionale qui offrent 3000 $ par année, pendant trois ans. «Il reste des places», fait-il valoir. Déjà 22 étudiants de l'extérieur en profitent.
Même si le réinvestissement du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur ne se chiffre qu'à un demi-million $ sur un budget de 50 millions $, le Cégep de Trois-Rivières a profité de cette arrivée d'oxygène pour embaucher notamment une personne à mi-temps pour le recrutement d'étudiants en Europe et en Afrique, indique le directeur, Louis Gendron. Les collèges de la région ont d'ailleurs tous mis beaucoup d'énergie pour recruter des étudiants internationaux, ce qui leur a permis de traverser la crise démographique. Au Collège Shawinigan, la démarche a fait passer leur nombre de 64, en 2016, à 71 cette année.
Arrivé il y a un peu plus d'un an à la barre du Cégep de Trois-Rivières, Louis Gendron parle plutôt du «Cégep 3R inc.», soit un R pour le recrutement qu'il veut intensifier, un deuxième R pour la rétention qu'il souhaite exercer encore plus sur les étudiants et le troisième R concerne un souci d'assurer la réussite collégiale. Le «inc», ajoute le directeur, signifie innovation, investissement, communication et collaboration. 
Au chapitre des investissements, d'ailleurs, le Cégep de Trois-Rivières a fait l'acquisition d'une imprimante 3D pour fabriquer des objets de matière plastique et en métal.
Du côté du Collège Laflèche, on a créé cette année un atelier fab lab contenant trois imprimantes 3D, ce qui mène à quatre le nombre de ces équipements dans l'établissement. Le Laflèche a aussi investi dans l'aménagement de deux nouvelles classes d'apprentissage actif. On y trouve des tableaux blancs sur tous les murs où il n'y a pas de fenêtres et tout le mobilier, incluant celui du professeur, est sur roulettes. Cette innovation sauve beaucoup de temps en déplacements de pupitres et de chaises quand les étudiants sont appelés à travailler en équipes de deux, quatre ou plus, indique le directeur, Luc Pellerin.
Au Collège Shawinigan, les laboratoires de technique d'analyse biomédicale ont été rénovés. La piscine sera rénovée, elle aussi et une somme de 1,2 million $ sera injectée dans la rénovation de l'auditorium. Une zone entrepreneuriale sera formée au Collège afin de créer un prolongement pédagogique de la formation des étudiants en comptabilité et gestion.
Le réinvestissement du MEESQ dans l'éducation permet au Cégep de Trois-Rivières d'offrir plus d'aide pédagogique à sa clientèle, d'augmenter la présence d'un psychologue dans l'établissement et d'offrir plus d'accompagnement et de soutien, explique M. Gendron. Au Collège Laflèche, qui fait partie du réseau privé, le réinvestissement gouvernemental a été beaucoup moindre, mais les sommes accordées permettront d'assurer plus de soutien aux élèves handicapés ou en situation de difficulté. On y compte maintenant deux postes de travailleurs de milieu alors que la présence d'un médecin est aussi assurée pour les besoins de la communauté. Le Collège Shawinigan peut lui aussi rehausser ses programmes d'aide aux étudiants en difficulté.
La rentrée de l'automne 2017 sera marquée par divers gestes verts. Au Cégep de Trois-Rivières, par exemple, les bouteilles d'eau vont disparaître des distributrices. Des bouteilles réutilisables seront remises au personnel et aux étudiants et des modifications ont été apportées aux abreuvoirs. Au Collège Laflèche, on a installé deux bornes de recharge pour les voitures électriques tandis qu'un parc à vélos sécurisé a été aménagé afin d'éviter le vol.
Le problème du stationnement aux abords du Cégep demeure entier, pour la rentrée, mais le directeur indique que dès 2018, les étudiants bénéficieront d'une passe universelle de transport comprise dans leurs frais de scolarité. Le Cégep travaille aussi pour que la rue Marguerite-Bourgeois devienne une «zone campus» avec des trottoirs plus larges, et ce, afin d'accroître la sécurité des étudiants dans ce secteur passant.
Notons que la rentrée scolaire pour les enfants du primaire et du secondaire se déroulera le 28 août à la Commission scolaire de La Riveraine et le 30 août dans les commissions scolaires du Chemin-du-Roy et de l'Énergie. Quant à l'UQTR, les nouveaux étudiants seront accueillis le 31 août, au campus de Trois-Rivières, tandis que l'accueil se fera les 6 et 7 septembre au campus de Drummondville.