Le directeur général de la Commission scolaire de l'Énergie, Denis Lemaire.

Agrandissement de l'école de Mont-Carmel: rencontre positive à Québec

La rencontre entre les fonctionnaires du ministère de l'Éducation et la direction de la Commission scolaire de l'Énergie au sujet de l'agrandissement de l'école primaire Notre-Dame de la municipalité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a été «très positive», selon le directeur général Denis Lemaire qui s'est présenté là-bas mardi dernier avec la directrice des ressources matérielles.
Ce dernier précise qu'il s'agissait en fait d'une rencontre de type purement administratif. La Commissions scolaire a présenté le projet et le ministère «avait plusieurs questions administratives». «On a à retravailler différents dossiers au niveau des capacités», dit-il. «Il faut retourner le tout d'ici le mois de novembre», ajoute-t-il.
Denis Lemaire rappelle que la Commission scolaire arrivait à Québec aussi avec six demandes d'ajouts de gymnases, «mais le programme a été modifié un petit peu. Par contre, il y en a un qu'on continue à travailler fort avec la Municipalité et c'est l'ajout d'un gymnase à Saint-Élie-de-Caxton.»
M. Lemaire concède que ces dossiers sont en lien avec la mobilisation des citoyens.
«Avec l'école Sainte-Marie, on a vu comment la mobilisation des gens fait en sorte que les dossiers peuvent cheminer.»
Pour ce qui est des deux dossiers portés à Québec, «on est rendu à l'étape de bonifier ce qu'on a présenté. C'était très positif comme réception».
«Dans le programme d'ajout d'espaces, il y a quelques années, c'était très, très fermé, mais on voit maintenant qu'il y a peut-être plus de disponibilités que dans le passé», constate le directeur général. Du côté des six ajouts de gymnases, «on a fait des demandes quand même, mais on est conscient que ça n'entre pas nécessairement dans les normes du ministère.
Par contre, pour celui de Saint-Élie, on continue à le faire avancer parce qu'on a déjà une entente où l'on travaille avec la Municipalité pour élaborer le projet. C'est sûr qu'on continue d'aller de l'avant avec ce projet-là», assure M. Lemaire.
Ce dernier reconnaît que les pressions du milieu y sont pour beaucoup. «Les ajouts d'espace et les ajouts de gymnases, c'est beaucoup en lien avec les besoins de la population et de la clientèle. À Sainte-Marie, ça avait été clairement mentionné que les gens n'avaient pas l'intention de déménager d'école. Ça a amené à avoir un regard différent sur le dossier», dit-il.