Écol'Hôtel K: le projet toujours vivant

Le projet d'Écol'Hôtel K dans l'édifice Hameau du centre-ville de Trois-Rivières est toujours vivant bien qu'en transformation. Ses concepteurs travaillent actuellement à une nouvelle version du projet, un peu épurée, afin qu'il réponde davantage aux critères d'admissibilité du Fonds de diversification économique. Et pour cause, de l'aveu même de Jean-François Aubin, l'accès à ce fonds est le dernier espoir, à court terme du moins, de voir se réaliser ce concept original.
C'est d'ailleurs parce qu'il est retourné sur la planche à dessin que les promoteurs n'ont pas profité du défilé des ministres péquistes la semaine dernière pour mousser leur candidature.
«On est encore à régler des technicalités pour que le dossier ait le plus de chances de se rendre en analyse, explique M. Aubin. C'est pour cela qu'on n'a pas joué la carte politique, comme d'autres l'ont fait. C'est un choix. Il reste des fils à attacher pour se rendre à l'étape d'analyse. C'est clair que des sommes doivent venir du fonds de diversification car le démarchage qu'on a fait pour trouver d'autres investisseurs n'a pas réussi. Si on pouvait se qualifier dans le cadre du FDÉ, ce serait la bougie d'allumage pour relancer le projet», croit M. Aubin.
Ce dernier souligne par ailleurs que ceux qui travaillent toujours sur ce projet le font bénévolement, ce qui explique que cela demande un peu plus de temps. Par ailleurs, les premières évaluations et esquisses ont été faites il y a quatre ans déjà et exigent d'être mises à jour.
M. Aubin admet que certains aspects du projets disparaîtront, conscient que des critiques se sont élevées au sujet des multiples facettes que ses concepteurs voulaient donner à cet hôtel boutique. Même la vocation «école» sera assouplie pour en augmenter la faisabilité. «On a resserré le projet mais le concept hôtel-école demeure, assure-t-il. Il y a aussi des choses qu'on a revues compte tenu des délais. J'ai hâte de pouvoir en parler davantage», a confié M. Aubin.