Keranna a aussi opté pour les classes innovantes et l’école s’apprête d’ailleurs à inaugurer la phase 2 de son projet à cet effet. On voit ici Josianne Pichette, enseignante en anglais.

Écoles privées: des trésors d’imagination déployés

TROIS-RIVIÈRES — Espaces innovants, labos créatifs, nouvelles options alléchantes allant du sport aux arts, études internationales, comédies musicales, sports variés, les écoles privées de la région déploient des trésors d’imagination, chaque année, pour retenir leurs élèves, mais également pour assurer la relève. La remontée démographique qui se voit tout particulièrement au primaire, cette année sur tout le territoire, vient également leur donner un sérieux coup de pouce.

Plusieurs écoles privées de la région ont réussi à accroître leurs effectifs, en cette rentrée 2019 ou à tout le moins, à garder le même nombre d’élèves.

Le Séminaire Sainte-Marie, dont l’avenir a suscité de l’inquiétude pendant plusieurs années, passe cette année de 167 à 190 élèves, se réjouit le directeur, Jean-Sébastien Roy, en poste depuis un an. Cheerleading, hockey bonifié, soccer et e-sports, dont l’arrivée avait été annoncée l’an dernier, semblent avoir contribué à donner le coup de fouet espéré au recrutement. Désormais, dit-il, les revenus du SSM permettent de faire plus que l’épicerie. «Il y a de l’argent pour faire des projets.»

Si le Collège Notre-Dame-de-l’Assomption demeure stable, lui, au niveau de ses inscriptions, le nombre de ses pensionnaires ne cesse d’augmenter, passant de 50, il y a 6 ans, à plus de 100, cette année. Beaucoup d’élèves internationaux viennent y faire leurs études, ce qui amène une couleur très particulière à l’école et «une ouverture sur le monde», se réjouit Nathalie Houle, responsable des communications.

Au Séminaire Saint-Joseph, la rentrée 2019 correspond à l’ouverture d’une nouvelle résidence pour jeunes filles de même qu’à l’ajout d’une classe flexible multifonctionnelle pouvant accommoder 70 élèves. On continue à mettre l’accent sur les sports et parmi les plus populaires, le hockey, le basket, le football, la danse et le futsal font partie de la vie quotidienne de la très grande majorité des élèves, indique le tout nouveau directeur, Danny Dallaire. Ce dernier rappelle que la traditionnelle comédie musicale du SSJ en sera à sa 40e année. Son titre en 2019 sera School of Rock, en référence à la comédie cinématographique de 2003.

L’École Vision, de son côté, veut mettre l’accent principal sur la lecture, cette année, tant à la maison qu’à l’école, en se basant sur les travaux du chercheur John Hattie. L’école trilingue accueille cinq élèves de plus en cette rentrée 2019.

«La lecture est une porte ouverte sur le cerveau», fait valoir la directrice, Caroline Melançon.

De plus en plus d’écoles privées de la région investissent dans l’aménagement de classes innovantes dont la configuration très particulière favorise l’apprentissage, la coopération et la créativité. C’est le cas de Val-Marie, une école privée réputée pour sa spécialité en musique, où 20 000 $ ont été injectés par la Fondation Val-Marie, cette année, pour l’aménagement de ce type de local. Dans le cadre de son projet de soutien aux comportements positifs, l’école a également embauché un intervenant psychosocial pour la cour d’école sur l’heure du dîner.

À Keranna, on a aussi opté pour les classes innovantes et l’école s’apprête d’ailleurs à inaugurer la phase 2 de son projet à cet effet. Keranna vient également de se doter d’un labo créatif ou multimédia. L’école amorce l’année avec une nouvelle structure organisationnelle comprenant quatre directions, dont une qui se consacrera uniquement à la réussite éducative et l’autre, aux activités parascolaires.

Du côté du Collège Marie-de-l’incarnation, la directrice, Élisabeth Jourdain, précise que malgré le départ des Ursulines, la mission d’éducation du Collège demeure vivante plus que jamais.

«C’est notre 323e rentrée, cette année», souligne-t-elle. Les saines habitudes de vie, en particulier l’activité physique, sont au cœur de l’éducation dispensée dans l’établissement. Si les nouvelles activités populaires auprès des jeunes, comme le sport électronique (e-sport), font partie de l’offre de service, les élèves n’ont le droit d’y participer que s’ils fournissent une quantité équivalente en temps d’activité physique, précise-t-elle. L’école offre d’ailleurs une belle brochette de sports à pratiquer au Collège. Il est obligatoire de participer à l’un d’eux sur l’heure du dîner. Des kinésiologues de l’UQTR viennent d’ailleurs encadrer les jeunes. Le CMI veut ajouter des paniers de basketball à l’extérieur, mais étant donné le caractère historique du site, des archéologues viendront creuser les trous, au cas où des trouvailles historiques seraient réalisées. Le CMI rappelle qu’il dispose de fonds permettant d’accueillir en ses murs des familles moins bien nanties. En termes de nouveautés, le CMI «ne recherche pas toujours les innovations. Revenons à la base. On est fort là-dedans», plaide Mme Jourdain.