Les travaux d’agrandissement s’amorceront à la fin du mois de novembre.

École Sainte-Marie: on creuse à la fin du mois

Saint-Boniface — Après avoir bataillé ferme pour obtenir l’agrandissement de leur école, les citoyens de Saint-Boniface ont de quoi célébrer puisque la machinerie lourde amorcera enfin les travaux tant désirés dès la fin du mois de novembre.

Le conseil des commissaires de la Commission scolaire de l’Énergie vient en effet d’octroyer un contrat de 4 829 400 $ à l’entreprise P.A. Bisson du secteur Grand-Mère de Shawinigan pour procéder aux travaux d’agrandissement de l’école Sainte-Marie.

C’est une surface de 1346 mètres carrés qui sera ajoutée au bâtiment existant grâce à laquelle l’école pourra enfin être dotée d’un gymnase double répondant aux nouvelles normes et bénéficier de six classes supplémentaires sur deux étages. L’agrandissement se fera non pas sur la longueur de cet édifice rectangulaire, mais sur le flanc.

Cette école compte présentement 23 classes de titulaires et 5 d’entre elles sont logées dans l’édifice administratif de la municipalité par manque chronique d’espace. Le gymnase actuel doit être divisé en deux pour accommoder l’horaire des cours d’éducation physique des enfants.

L’école, avec ses 441 élèves, déborde depuis un bon bout de temps et les prévisions rendaient la situation intenable. Il y aura en effet 483 élèves en 2021-2022, indique le directeur général de la Commission scolaire, Denis Lemaire.

Bref, la concrétisation du projet d’agrandissement est très réjouissante pour les parents qui ont maintes fois manifesté leur désir de conserver les enfants dans le milieu.

Bien entendu, il faudra composer avec les désagréments d’un tel branle-bas de combat, et ce, de novembre 2017 au printemps... 2019 puisque les travaux s’avèrent longs et complexes.

Il ne s’agit pas seulement de construire la coquille extérieure, mais aussi d’harmoniser l’intérieur existant avec la nouvelle zone, fait valoir M. Lemaire.

«C’est comme si l’on construisait une mini école», dit-il, car on y trouvera six nouvelles classes, un nouveau gymnase double de même que des locaux de services pour du personnel comme les éducatrices spécialisées, par exemple, indique M. Lemaire.

«Ça va être une grosse année», prévoit le directeur général de la Commission scolaire, une année qui aiguisera peut-être un peu la patience des enseignants à cause du bruit et des vibrations. C’est toutefois le prix à payer pour passer du rêve à la réalité.