Avec la fermeture de l'École Marquis, plusieurs familles étaient contraintes d'envoyer leurs enfants dans deux écoles différentes.

École Marquis de Saint-Célestin: toutes les demandes de transfert acceptées

La Commission scolaire de la Riveraine a accepté toutes les demandes de transfert envoyées par les parents des élèves de l'École Marquis. Plusieurs familles vont ainsi pouvoir inscrire leurs enfants à la même école pour l'année scolaire à venir.
Avec la fermeture de l'École Marquis, plusieurs familles étaient contraintes d'envoyer leurs enfants dans deux écoles différentes. La Commission scolaire avait toutefois donné la possibilité aux parents de remplir des demandes de transfert, afin que leurs enfants puissent fréquenter le même établissement scolaire. La Commission scolaire s'était donnée jusqu'au 14 août pour traiter ces demandes. Un échéancier qu'elle a amplement respecté. 
«Nous avons bel et bien terminé. Les parents avaient jusqu'au 14 juillet pour acheminer leur demande de transfert. Nous avons fini de les traiter la semaine dernière», explique Pascal Blondin, secrétaire général et directeur des services éducatifs à la Commission scolaire. «Le processus s'est bien déroulé. Au total, nous avons reçu 12 demandes, et nous les avons toutes acceptées», ajoute-t-il.
Évidemment, les parents se réjouissaient de la nouvelle. «Ceux qui avaient fait une demande pour transférer leurs enfants ont reçu l'approbation de la Commission scolaire. Même les parents qui avaient fait une demande de transfert en raison des amis de leurs enfants ont reçu une réponse positive. Ces demandes constituaient en quelque sorte le deuxième tour, mais elles ont quand même été acceptées», affirme Sylvie Houle, mère de deux élèves et membre du conseil d'établissement de l'École Marquis.
Si les parents ont salué la collaboration de la Commission scolaire, ils ont cependant critiqué la gestion logistique de cette dernière. «Jeudi, la Commission scolaire a prévu la visite de deux écoles dans lesquelles nos jeunes seront transférés. Cependant, elle a organisé les deux visites en même temps. Les parents trouvent cela assez déplorable. Certains ont dû s'entendre avec la direction des écoles pour pouvoir visiter à un autre moment», déplore Mme Houle. 
Un avenir incertain
À propos de l'avenir de l'École Marquis, M. Blondin a indiqué que le processus d'évaluation était lancé. «Nous avons communiqué avec le ministère de l'Éducation. Il nous a demandé de faire une étude concernant les réparations à effectuer à l'École Marquis. Le processus est en cours, afin de réaliser une évaluation. Nous voulons déterminer ce qui est le plus avantageux entre procéder aux réparations et construire une nouvelle école», explique-t-il.
Le secrétaire général a cependant rappelé que le ministère de l'Éducation avait le dernier mot quant au scénario à préconiser. «Au final, c'est le ministère qui décide, puisque nous ne disposons pas des moyens financiers pour nous en occuper nous-mêmes. Mais ni les parents, ni la Commission scolaire ne souhaitent qu'il n'y ait plus d'école à Saint-Célestin. L'École Marquis est située dans un secteur en croissance, et il ne serait pas facile de transférer tous les enfants des environs vers d'autres écoles, car ils sont très nombreux», conclut M. Blondin.