Le député Donald Martel.

École Le Rucher de Saint-Sylvère: Martel demande une révision

SAINT-SYLVÈRE — Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a demandé au ministère de l’Éducation de réviser sa décision de ne pas reconstruire l’école Le Rucher de Saint-Sylvère.

Cette école qui accueillait 42 élèves ayant des besoins spéciaux, rappelons-le, avait été rasée par un incendie en août 2017. Les élèves ont pu être installés temporairement au Faubourg Mont-Bénilde pour la rentrée scolaire, le 5 septembre suivant.

Le maire de Saint-Sylvère, Adrien Pellerin, avait tout de suite montré ses couleurs, dans ce dossier, en demandant aux décideurs de reconstruire l’école sur le territoire de la municipalité.

À la fin du mois d’avril dernier, on apprenait toutefois que l’école Le Rucher ne sera pas reconstruite.

Rappelons qu’en décembre dernier, le ministère de l’Éducation confirmait également une aide de 11,7 M $ à la Commission scolaire la Riveraine pour reconstruire l’école Marquis de Saint-Célestin, elle aussi fermée en juin 2017 pour des problèmes de structure. Ce projet comprend six classes adaptées où seront installés les élèves de l’école du Rucher. Cette décision faisait donc en sorte qu’il n’était pas justifié de reconstruire l’école de Saint-Sylvère.

Selon le député Martel, «la décision de ne pas reconstruire l’école Le Rucher ne tient toutefois pas compte des besoins exprimés par la Commission scolaire de la Riveraine à cause des maternelles 4 ans», qui, rappelons-le, s’ajoutent désormais à la clientèle scolaire.

Comme l’explique le maire Pellerin, les enfants de sa municipalité doivent présentement aller à l’école à Saint-Wenceslas et à Saint-Léonard-d’Aston alors qu’ils seraient assez nombreux, selon lui, pour pouvoir fréquenter l’école dans leur propre municipalité. Selon lui, les écoles de ces villages voisins affichent complet. «Je ne lâche donc pas le morceau», prévient-il.

Le député Martel indique qu’il n’a pas encore eu de réponse, mais que les gens du ministère ont tous les documents en main. «Ça ne sert à rien de bousculer les gens», dit-il, «mais ça fait deux ans que l’école a passé au feu. Il serait temps», dit-il.

M. Martel se base sur le plan présenté par la Commission scolaire selon lequel il manquera de locaux à cause de l’arrivée de maternelles 4 ans.

Du côté de la Commission scolaire, le directeur général, Pascal Blondin, indique que le Conseil des commissaires «est très déçu» de la décision prise par le ministère de ne pas reconstruire l’école. Le Conseil «souhaite reformuler une demande au MEES afin de relancer le projet de reconstruction d’une école à Saint-Sylvère. La Commission scolaire offre toute sa collaboration au député Donald Martel afin de réviser ce dossier qu’elle juge prioritaire», a indiqué M. Blondin au Nouvelliste.