L’école primaire de Saint-Élie-de-Caxton a été évacuée le 20 février en raison de fissures et de signes d’affaiblissement visibles dans l’entretoit.

École de Saint-Élie-de-Caxton: les travaux se poursuivront après la relâche

SHAWINIGAN — Les 135 élèves de l’école primaire de Saint-Élie-de-Caxton continueront à suivre leurs cours à l’école des Explorateurs, à Shawinigan, après la semaine de relâche. Les travaux de réfection de leur école devraient toutefois être terminés au cours de la semaine qui suit.

«Les travaux vont bien, mais l’ampleur de la réfection est plus grande que prévu, indique Denis Lemaire, directeur général de la Commission scolaire de l’Énergie. On veut que la sécurité des jeunes ne soit pas compromise et que tout soit réglé avant qu’ils retournent à l’intérieur de l’école. Mais ça devrait pas mal être la dernière semaine.»

La situation sera réévaluée chaque jour, dans la semaine qui suivra celle de la relâche, avant que le feu vert soit donné à la réintégration des élèves caxtoniens, précise M. Lemaire.

Rappelons que l’école Villa-de-la-Jeunesse, à Saint-Élie-de-Caxton, a été évacuée le 20 février dernier.

Des fissures sont apparues dans la structure de l’édifice, dont l’entretoit montrait également des signes d’affaiblissement. Bien qu’il semblait peu probable, au moment où ces signes ont été remarqués, que la structure puisse s’effondrer, la décision a été prise de relocaliser les élèves en attendant que les travaux de solidification soient faits. La construction de cette école remonte à 1960.

L’école des Explorateurs, dans le secteur Shawinigan-Sud, accueillait jusqu’à présent 75 enfants du préscolaire. Le deuxième étage du bâtiment était inutilisé, ce qui a permis à la commission scolaire d’aménager rapidement les locaux pour les élèves de Saint-Élie-de-Caxton.

À Trois-Rivières, deux autres écoles ont été affectées par le poids de la neige. L’accès à la partie préfabriquée de l’école Richelieu, sur la rue Courcelette, a été rendu inaccessible en attendant les conclusions d’une firme d’ingénierie. Les cours de musique et le service de garde de l’école étaient offerts dans cette portion de l’établissement.

Dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, l’édifice du Boisé-des-Pins de l’école alternative Freinet a également été évacué de façon préventive, jeudi. Le bâtiment a toutefois été jugé sécuritaire et les élèves pourront le réintégrer au retour de la relâche, quand il aura été déglacé.

Alors que le poids de la glace et de la neige ont causé l’effondrement de plusieurs bâtiments commerciaux et municipaux, les trois commissions scolaires de la région procèdent depuis quelques semaines déjà à l’inspection et au déneigement préventif de leurs écoles.