Dre Lise-Andrée Galarneau, infectiologue et officière en prévention et contrôle des infections au CIUSSS Mauricie–Centre-du-Québec.
Dre Lise-Andrée Galarneau, infectiologue et officière en prévention et contrôle des infections au CIUSSS Mauricie–Centre-du-Québec.

Éclosions de COVID-19 au CHAUR de Trois-Rivières: «le risque zéro n’existe pas»

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La direction du CIUSSS Mauricie – Centre-du-Québec considère que sa gestion des éclosions dans trois unités du CHAUR de Trois-Rivières a été adéquate et que les mesures mises en place afin de les contrôler sont efficaces.

C’est essentiellement ce qui ressort des propos tenus par la Dre Lise-Andrée Galarneau, infectiologue et officière en prévention et contrôle des infections au CIUSSS Mauricie – Centre-du-Québec, lors d’un point de presse qui s’est tenu en visioconférence, mercredi avant-midi. Cette dernière a également répété à plusieurs reprises qu’il n’était pas possible de complètement empêcher que des éclosions se produisent.

«Le risque zéro n’existe pas. Par contre, tous les moyens sont pris pour le minimiser. Jusqu’à maintenant, nous avons toujours réussi à contrôler les éclosions avec la stratégie que l’on utilise», a-t-elle indiqué.

Rappelons que des éclosions frappent présentement les unités de neurologie et de chirurgie ainsi que celle réservée aux patients atteints de la COVID-19.

Selon les plus récentes données, 44 employés, dont sept attitrés à l’unité COVID, ainsi que 27 patients ont été infectés en raison de ces foyers d’éclosion.

Dre Galarneau a tenu à mentionner que des quelque 110 employés du CHAUR ayant été infectés par le virus au cours du dernier mois, environ 70 l’ont été en dehors de leur lieu de travail. Le fait qu’une faible portion de ces cas de contamination communautaire ait entraîné une éclosion constitue aussi une preuve que les mesures mises en place ont les effets escomptés.